FANDOM


Aya Kawato ( japonais 川人 綾, Kawato Aya) plasticienne contemporaine japonaise née en 1988 à Nara

Biographie et œuvreModifier

Aya Kawato est née à Nara en 1988. Avec sa famille, elle a ensuite déménagé à Kyoto où elle a grandi. Influencée par son père, qui est neuro-scientifique, elle a été très tôt influencée par l'idée que nous voyons le monde à travers notre cerveau.
Après avoir étudié le textile traditionnel japonais à Kyoto, elle a déménagé à Tokyo pour étudier à l'Université des Arts de Tokyo, où elle a participé à un programme d'échange avec l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris; elle a ensuite complété le programme de maîtrise en art en 2014.

En accord avec le thème de recherche «Controlled and Uncontrolled», elle s'est concentrée sur la création de tableaux abstraits en forme de grille. Dans ces peintures, elle combine les connaissances et l'expertise qu'elle a acquises grâce à son expérience dans le textile traditionnel japonais avec les résultats des dernières études scientifiques sur la perception.

Ses toiles sont conçues en mettant à l'épreuve tant son propre regard que son répertoire de gestes, elle passe plusieurs centaines d'heures de jour comme de nuit à façonner les grilles propres à chacun des tableaux. À force de répétition, les mouvements de sa main composent une trame à laquelle l'artiste met un terme lorsque naît le sentiment d'avoir produit un effet rétinien qu'elle n'aurait pu imaginer elle-même et qui dépasse justement la vue.

Son travail évoque l'Op Art des années 1960, et Aya Kawato en serait une héritière tout à fait singulière, à la fois pétrie de la sophistication des techniques ancestrales japonaises et résolument tournée vers le futur de l'imagerie scientifique et de ses pouvoirs à susciter l'abstraction.

Elle a reçu de nombreux prix d'art, dont celui du Grand Prix de Rêver 2074, le concours d'art co-organisé par le COMITÉ COLBERT et l'Université des Arts de Tokyo en 2017, et le Prix Tomio Koyama au 11ème Tagboat Award en 2016.

Expositions (sélection)Modifier

  • 2017 : Rêver 2074 The University Art Museum, Tokyo University of the Arts / Tokyo ; FIAC 2017, Paris
    • 13th Gunma Biennale for Young Artists 2017 | The Museum of Modern Art, Gunma / Gunma
  • 2016 : 33th Mitsubishi Corporation Art Gate Program
  • 2015 : Tokyo Design Week 2015
  • 2014 : Wip | Tokyo University of the Arts, Toride Campus / Ibaraki

GalerieModifier

Site de l'artiste

oriai1959.JPG
ORIAI, 2017

Le panneau de bois est immense, méticuleux entrelacs de sérigraphie et de peinture acrylique qui recouvrent une surface où l'œil circule, à la verticale comme à l'horizontale. Par leur palette à la fois sobre et profonde, les couleurs aux reflets d'or et d'argent attirent le regard de loin, sans pour autant lui livrer la complexité des motifs qu'elles figurent. À mesure qu'il se rapproche, ce même regard est saisi par l'infinité de détails qui composent le tableau: des milliers et des milliers de minuscules carrés peints individuellement, agencés de manière à produire une trame hésitant entre brouillage et motif. Plutôt que de s'effacer, le dessin se crypte, floutant la vue pour la faire pénétrer dans une autre dimension du tableau : celle d'une image mentale sans contours ni limite. Inspirée par la nouvelle Facettes, de Samantha Bailly, dans laquelle une neuro-scientifique conçoit des vêtements miroirs d'émotions, l'œuvre Oriai qu'Aya Kawato a créée spécifiquement pour l'exposition Rêver 2074, est un subtil alliage d'art traditionnel et de technologie, de passé et de futur, de manuel et d'impersonnel. Et au-delà de la surface peinte, dans ses si nombreux interstices où rien n'est laissé au hasard, l'abstraction devient ici l'extraordinaire métaphore d'un passé et d'un futur amalgamés.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .