FANDOM


En 2013, la VIe Biennale internationale d'art contemporain de Melle fête ses dix ans de création. Elle se tient du 22 juin 2013 jusqu’au 29 septembre.

ProposModifier

Intitulée « Être humain et le savoir ensemble », titre programmatique emprunté au jardinier philosophe Gilles Clément (Thomas et le Voyageur de Gilles Clément, Editions Albin-Michel, 1997), cette VIe édition réunit 32 artistes et poètes français et internationaux, des artistes dont les œuvres exaltent les valeurs profondes et poétiques de l’existence humaine. Celles qui nous épanouissent, nous troublent, nous dilatent, nous étonnent, nous émerveillent, nous tiennent entre ciel et terre, en quête de bonheur.

Le sociologue Edgar Morin évoque dans son ouvrage Pour une politique de Civilisation : « Vouloir changer la vie, ce n’est pas seulement permettre à la vie de résister à l’asphyxie des contraintes, solitudes et servitudes, c’est aussi permettre à la vie d’exprimer ses qualités poétiques en empêchant l’envahissement gris de la prose. Hölderlin disait que l’homme habite poétiquement la Terre. La vie humaine est tissée de prose et de poésie. La vie prosaïque est faite de tâches pratiques, utilitaires, techniques, rationnelles, empiriques. La poésie – définie anthropologiquement et non plus seulement littérairement – est une façon de vivre dans la participation, l’amour, la jouissance, la ferveur, l’admiration, la communion, l’exaltation, le rire, la fête, l’ivresse, la danse, le chant, la musique, la liesse, et elle culmine en extase. L’état poétique est un état second qui existentiellement est toujours premier. »

Dans chacun des lieux de la Biennale, de l’Hôtel de Ménoc, ancien tribunal d’instance, dans le patrimoine roman, dans les jardins, chez les commerçants et partenaires culturels associés, les œuvres sont un atlas d’expériences et d’émotions chargées de beauté et de spiritualité. Face au consumérisme planétaire, qui fait croire que l’on peut accéder au bonheur par l’acquisition d’objets, et à la vie sociale devenue une gigantesque machine automatique, la Biennale invite à changer de rythme, à respirer, à partager des points de vue, des états poétiques et le sentiment universel d’exister dans un monde infiniment troublant qui s’étend du brin d’herbe jusqu’aux étoiles.

Artistes présentésModifier

Œuvres pérennesModifier

colrat4551.JPG
Affiche de Pascal Colrat,
texte de Gilles Clément [zw]
yamamoto4585.JPG
Motoi Yamamoto, œuvre de sel, in situ, 2013
jaccard4590.JPG
Christian Jaccard Église St Savinien de Melle, œuvre in situ, 2013
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .