FANDOM


Clément Cogitore, réalisateur, plasticien contemporain français, né en 1983.

Clément Cogitore vit et travaille à Paris et Strasbourg.

BiographieModifier

Clément Cogitore développe une pratique à mi-chemin entre cinéma et art contemporain. Mêlant films, vidéos, installations et photographies, son travail questionne les modalités de cohabitation des hommes avec leurs images. Il y est le plus souvent question de rituels, de mémoire collective, de figuration du sacré ainsi que d’une certaine idée de la perméabilité des mondes.

Clément Cogitore obtient le Grand Prix du Salon de Montrouge 2011. L’artiste a fait partie de la sélection officielle de la Quinzaine des Réalisateurs au 64e Festival international du film de Cannes en 2011 ; il bénéficie en 2012 d’une résidence d’un an à la Villa Médicis à Rome pour l’écriture du scénario de son premier long-métrage.

La vision des films de Clément Cogitore permet de se débarrasser définitivement de certaines classifications qui accompagnent, encore, les discours prenant en charge le domaine de l’image en mouvement. Ses films balaient en effet avec tranquillité la question des distinctions entre fiction et documentaire, entre cinéma et télévision, entre pellicule et vidéo. Nous est ainsi offert le plaisir de plonger de plain-pied dans les voies alternatives que creusent ces films, libérés des cadres préétablis. Les motifs, atmosphères et obsessions qui hantent, déjà, le travail de Clément Cogitore lui sont résolument singuliers, et naissent sans doute de cet affranchissement disciplinaire. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la représentation, symbolique ou pas, de la frontière revient avec régularité dans ses films : des frontières à traverser, à fuir, desquelles regarder le monde, pointer son fusil…

Pour Cogitore, le cinéma est un moyen de traverse, il sert sans difficulté les enjeux, politiques autant que plastiques, de la clandestinité : il a tout à voir avec l’obscurité, les ombres, auxquelles s’ajoute un soupçon de magie. Travel(ing) transforme une autoroute en salle de projection : en pleine nuit, l’arrière d’un camion se fait écran, accueille les images d’une autre route, projetées depuis le camion qui le suit.

Dans Ex voto le dispositif se donne à lire : une photographie, une vierge de pacotille exposée en vitrine, reproduite entre deux plaques de verre est illuminée par six néons qui, derrière l’image, sont soumis à l’aléatoire, au battement. Quelque chose ne fonctionne pas idéalement dans cette scène de cinéma primitif où les images, leurs usages, leur exposition font dériver le sens plus qu’ils ne l’enferment. Dans la tension induite par une mécanique volontairement défaillante se donne à lire un cinéma en alerte, qui dérange notre repos critique. Burning Cities est un hommage aux « pratiques incendiaires », émeutes, fêtes populaires, célébrations ou offensives. De l’obscurité nocturne naissent les images : le cinéma célèbre la nuit.

En 2018 il est lauréat du Prix Marcel Duchamp.

FilmographieModifier

  • 2005 Travel(ing) (CM)
  • 2006 Passages (CM)
  • 2006 Chroniques (CM 30 mn)
  • 2007 Visités (CM 18 mn)
  • 2008 Cohabitations (CM 11 mn)
  • 2009 Burning Cities (CM 5 mn)
  • 2010 Scènes de chasse (CM)
  • 2011 Bielutin - Dans le jardin du temps (CM documentaire)
  • 2011 Parmi nous (CM)
  • 2012 Un archipel ; (CM 11 mn); Le film trouve son origine dans un fait divers : le 22 octobre 2010, le HMS Astute, sous-marin nucléaire de l’armée britannique, s’est mystérieusement échoué sur les côtes de l’île de Skye en Ecosse. Le commandant est relevé de ses fonctions. Clément Cogitore en tire un « objet filmique non identifié » et utilise différentes techniques cinématographiques ayant traversé l’histoire, des cartons du cinéma muet aux pellicules retravaillées du cinéma expérimental. Cet archipel d’images montre le talent de l’artiste pour le storytelling et place le spectateur dans une situation anxiogène à la lisière de la fiction.
  • 2015 Ni le ciel ni la terre , long métrage, 100 minutes, sélectionné à la Semaine de la critique du Festival de Cannes et récompensé par le prix de la Fondation Gan, puis en 2016 par le prix du Meilleur premier film français décerné par le Syndicat Français de la critique de cinéma, nominé pour le Prix Louis-Delluc; le prix Lumière ainsi que pour le César du meilleur premier film.
    Le capitaine Antares Bonnassieu et ses hommes des forces françaises en Afghanistan sont en poste le long de la frontière afghano-pakistanaise. Alors que les troupes de la Force internationale d'assistance et de sécurité sont en plein processus de retrait, leur rôle consiste à surveiller les vallées aux alentours d'un petit village de bergers. Leur quotidien est rythmé par la routine, occasionnellement brisée par quelques escarmouches contre un groupe de Talibans encore posté dans les montagnes alentours. Alors que tout semble relativement tranquille, les hommes du capitaine Bonnassieu commencent à disparaitre mystérieusement chaque nuit. Bien décidé à retrouver leurs hommes, les soldats français décident de mener les recherches au plus vite, ce qui semble à première vue leur apporter autant de réponses que de nouvelles questions.
  • 2016 L'intervalle de résonance (CM)
  • 2018 Les Indes galantes (CM)


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Clément Cogitore sur sa fiche IMDB

Extraits vidéosModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .