FANDOM


Diplômé de graphisme à Osaka en 1959, Daido Moriyama travaille brièvement comme graphiste avant de s’initier à la photographie chez le photographe Takeji Iwamiya.


Daido Moriyama déménage à Tokyo en 1961 où il espère collaborer avec l’agence photographique d’avant-garde Vivo, mais arrive malheureusement peu avant la séparation du groupe. Il assiste alors le photographe Eikoh Hosoe sur sa série Ordeal by Roses réalisée avec l’écrivain Yukio Mishima. Durant cette période, il découvre le travail de William Klein, Robert Frank, Shomei Tomatsu ou encore Andy Warhol, chacun d’entre eux ayant eu une profonde influence sur son œuvre.$$


Daido Moriyama reçoit en 1967 le « New Artist Award » de la Japan Photo Critics Association.

Il fait paraître en 1968 le livre Japan: A Photo Theater (Muromachi-Shobo, Tokyo, 1968), premier livre d’artiste de Daido Moriyama, suivi de la publication en 1972 de Farewell Photography (Shashinhyoronsha, Tokyo, 1972). Ces deux livres lui valent une notoriété immédiate et son travail connaît dès lors un grand retentissement dans le monde.$$

Daido Moriyama rejoint en 1969 la revue d’avant-garde Provoke, fondée l’année précédente par Takuma Nakahira et Koji Taki. Il participe aux 2e et 3e numéros avec notamment deux séries : la première est composée de nus flous pris dans un hôtel (Provoke 2, 1969), la seconde est un ensemble de photographies de bouteilles de soda, de boîtes de lessive et de bouteilles de V-8 (Provoke 3, 1969).$$


Le Museum of Modern Art de New York organise l’exposition collective New Japanese Photography qui présente notamment 36 photographies de Daido Moriyama. Les années qui suivent sont une période de grande activité pour l’artiste : en plus de nombreuses expositions et publications, il anime des ateliers de photographie et dirige une galerie appelée CAMP, exposant les œuvres d’étudiants en photographie. Parallèlement, Daido Moriyama expérimente différentes techniques de reproduction comme la photocopie, la sérigraphie ou encore la photographie couleur.$$

Daido Moriyama est élu « Photographer of the Year 1983 » par la Photographic Society of Japan.

Moriyama publie en 1984 son autobiographie Places in My Memory: Memories of a Dog (Asahi Shimbun, Tokyo, 1984), dans laquelle Daido Moriyama explique l’ancrage de sa pratique artistique dans des références majeures comme Eugène Atget, Jack Kerouac, Nicéphore Niépce, William Klein, Shomei Tomatsu, Andy Warhol ou encore Weegee.

Moriyama ouvre en 1987 la galerie Room 801 dans le quartier de Shibuya à Tokyo, rebaptisée un an plus tard Foto Daido.$$


Daido Moriyama remporte en 2002 le « Mainichi Art Award » pour sa série Shinjuku (2002). Ces dernières photographies représentent la quintessence de sa pratique photographique. Constituée de scènes de rue, de vues de parkings, de voies ferrées, de rues désertes, d’affiches déchirées, de sex-shops et de multiples détails urbains, cette série présente un portrait intime et fiévreux de ce quartier de Tokyo cher à l’artiste.$$

L’exposition Daido Moriyama: On the Road organisée en 2011 au National Museum of Art à Osaka présente pour la première fois les photographies couleur récentes de Daido Moriyama. L’ouvrage Color publié à la suite de cette exposition, regroupe 191 photographies couleur sélectionnées par l’artiste parmi plus de 30 000 clichés numériques pris entre 2008 et 2012.$$

La Tate Modern organise en 2012 une exposition intitulée William Klein + Daido Moriyama, montrant la relation étroite entre ces deux photographes. 2015 Présentée en 2015 à la galerie Sozzani de Milan, l’exposition Daido Moriyama in Color dévoile 130 photographies couleur prises par l’artiste entre la fin des années 1960 et le début des années 1980.$$


La Fondation Cartier pour l’art contemporain organise en 2015 une nouvelle exposition avec Daido Moriyama. Intitulée Daido Tokyo, elle présente des photographies couleurs récentes, ainsi qu’un diaporama noir et blanc spécialement réalisé pour la Fondation Cartier.

  • 1970 première exposition personnelle, Scandal, au Plaza Dick de Tokyo.
  • 1974 New Japanese Photography, Museum of Modern Art de New York
  • 1999 rétrospective intitulée Daido Moriyama: Stray Dog , San Francisco Museum of Modern Art.
  • 2003 exposition personnelle Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris
  • 2011 Daido Moriyama: On the Road, National Museum of Art à Osaka
  • 2012 William Klein + Daido Moriyama, Tate Modern, Londres
  • 2015 Daido Moriyama in Color, galerie Sozzani Milan
  • 2016 exposition personnelle Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris

expo Modifier

Commissaires de l’exposition : Hervé Chandès et Alexis Fabry

Après avoir organisé en 2003 sa première grande exposition en France, la Fondation Cartier pour l’art contemporain consacre début 2016 une nouvelle exposition à Daido Moriyama. Daido Tokyo met à l’honneur le travail récent de l’artiste : en présentant un vaste ensemble de photographies couleur, l’exposition lève le voile sur un aspect méconnu et pourtant omniprésent dans son travail photographique depuis deux décennies. Daido Tokyo est également l’occasion pour la Fondation Cartier de commander au photographe une œuvre nouvelle : un diaporama inédit, réalisé avec des photographies noir et blanc et projeté sur plusieurs écrans, qui illustre à l’instar de ses photographies couleur, le flux constant de la vie urbaine, captant des fragments de ce bourdonnement imperturbable.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .