FANDOM


Gauri Gill plasticienne contemporaine indienne, photographe, née en 1970 à Chandigarh (Inde)
Elle vit à New-Delhi.

Biographie et œuvreModifier

Gauri Gill a obtenu son BFA (Bachelor of Fine Arts) en arts appliqués au Delhi College of Arts à New Delhi, en Inde. Elle a obtenu son BFA en photographie à la Parsons School of Design, New York en 1994 et MFA (Master) en photographie à l'Université de Stanford en 2002.

Dans The Americans (2000-2007), elle a photographié sa famille et ses amis à travers la diaspora indienne en Amérique.

Une étude d'une décennie sur les communautés marginalisées dans le Rajasthan rural appelée Notes du désert (à partir de 1999) a abouti à des expositions et des projets individuels tels que The Mark on the Wall, Jannat, Balika Mela, Birth Series et Ruined Rainbow . De ce travail, elle dit: Les filles qui viennent à la foire ont l'envie de savoir. Ceux qui sont entrés dans ma photo ont également souhaité se représenter, comme ils sont, ou comme ils se voient, ou d'inventer de nouveaux êtres pour la caméra. Leurs tentatives peuvent avoir été provisoires ou audacieuses, mais ce livre peut être considéré comme un catalogue de ce désir.

Le cahier de 1984 (2005-2014) est un exemple de collaboration, d'écoute active et d'utilisation de la photographie comme pratique de la mémoire. Ce cahier sur le pogrom anti-sikh qui s'est produit à New Delhi en 1984 contient des photographies prises par Gill en 2005, 2009 et 2014 aux côtés des légendes des médias imprimés indiens dans lesquels ils sont apparus pour la première fois et des réponses textuelles de trente-cinq artistes - y compris les écrivains, les poètes et les cinéastes.

En janvier 2007, avec Sunil Gupta [zw] et Radhika Singh, elle a cofondé et édité Camerawork Delhi un bulletin gratuit sur la photographie indépendante de New Delhi et ailleurs.

En 2011, elle a remporté le Grange Prize, le prix de photographie contemporaine le plus prestigieux du Canada. Le jury a déclaré que ses photographies « traitent souvent de l’héroïsme ordinaire dans des environnements difficiles » et « montrent les rapports souvent intimes que l’artiste entretient avec ses sujets en abordant les questions de survie avec humanité et selon une approche documentaire ».

En 2012, elle a organisé une exposition majeure intitulée « Transports: les femmes et la mobilité dans la ville», qui étudient la sécurité et les expériences des femmes dans les rues.

Depuis 2013, elle a collaboré avec Rajesh Vangad, un célèbre artiste Warli, sur Fields of Sight , combinant le langage contemporain de la photographie avec l'ancienne tradition de dessin Warli pour créer de nouveaux récits. Ils ont en particulier été présenté en 2017 à la documenta 14.

Expositions (sélection)Modifier

  • 2008 The Americans, Nature Morte Gallery à New Delhi, Thomas Welton Art Gallery à l’Université Stanford, Chicago Cultural Center à Chicago, Bose Pacia Gallery à Kolkata et à New York
  • 2010 Notes from the Desert, Nature Morte Gallery à New Delhi, Matthieu Foss Gallery à Mumbai, Focus Gallery à Chennai et Urmul Setu à Lunkaransar
  • 2011 What Remains, Green Cardamom Gallery à Londres
  • 2017 documenta 14, Athènes du 8 avril au 16 juillet, Kassel du 10 juin au 17 septembre 2017 Fields of Sight et Acts of Appearance
    Deux ensembles d’œuvres sont présentés au Hessisches Landesmuseum, dont une série (Fields of Sight – Champs de vision, 2013-2017) réalisée à quatre main avec un peintre Warli, Rajesh Vangad, invité par Gauri Gill à dessiner à même ses grands tirages en noir et blanc représentant des vues et scènes de vie urbaine. « J’ai rencontré Rajesh Vangad à l’occasion d’un projet photographique que je menais dans une école d’un petit village Adivasi situé près de Dahanu, sur la côte ouest de l’Inde. Nous avons décidé d’explorer ensemble le thème “Construire la cité”, lié à la vie de nombreux villageois qui migrent vers les villes pour y trouver du travail et, notamment, participer à la construction de nouveaux immeubles et infrastructures. Chaque œuvre est un récit qui fourmille de détails relatifs au quotidien de ces personnes, à leur culture et à leur histoire, collective et individuelle. »
    Intitulée Acts of Appearance (Actes d’apparition, 2015-2017), une seconde série, en couleurs, met en scène des hommes, des femmes et des enfants portant chacun un masque, aux traits humains ou d’animaux, photographiés à l’intérieur d’une habitation, sur un banc public ou en pleine nature. « Ce sont tous des Adivasis, les plus anciennes populations de l’Inde. Ils ont pour coutume de fabriquer des masques qu’ils utilisent une fois par an dans le cadre d’une fête religieuse, célébrée plusieurs nuits durant dans l’intimité de leurs villages, lors de laquelle sont jouées des scènes de leur mythologie. J’ai voulu travailler avec eux, à partir de leur savoir-faire artisanal, en leur proposant de fabriquer d’autres masques car ceux destinés aux rituels ne sont pas montrés aux étrangers et de les porter pour “jouer” différentes scènes, empruntées cette fois à leur vie quotidienne. »

GalerieModifier

http://ann.ledoux.free.fr/phpwebgallery/galleries/europe/all/Cassel17/gill1401.JPG

http://ann.ledoux.free.fr/phpwebgallery/galleries/europe/all/Cassel17/gill1404.JPG
Acts of Appearance documenta 14

http://ann.ledoux.free.fr/phpwebgallery/galleries/europe/all/Cassel17/vangad1406.JPG
Fields of Sight en collaboration avec Rajesh Vangad; documenta 14

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .