FANDOM


Isabelle Huppert ( De son vrai nom : Isabelle Anne Huppert) est une actrice et productrice française née le 16 mars 1953, à Paris.

BiographieModifier

Isabelle Huppert passe son enfance à Ville d'Avray avec un père directeur d'une entreprise de coffres-forts, une mère enseignante d'anglais, ses trois sœurs et son frère.

Elle lit Pearl Buck, Cronin et Gilbert Cesbron. Elle n'est douée ni pour la danse, ni pour le patinage («trop raide»), «ni pour un accomplissement physique, ni pour un accomplissement cérébral». Elle devient donc actrice, soutenue par sa mère, très tôt, comme dans un jeu. Inscrite au conservatoire de Versailles, elle remporte un premier prix d'interprétation pour Un caprice de Musset. Après une licence de russe, elle suit des cours au Conservatoire d'art dramatique où ses professeurs sont Jean-Laurent Cochet et Antoine Vitez.

Elle débute au cinéma avec Nina Companeez dans Faustine et le bel été en 1971. Isabelle Huppert trouve très tôt des seconds rôles dans quelques films marquants des années 70. En 1976, elle est Pomme, apprentie coiffeuse à la tristesse insondable, dans La Dentellière de Goretta, une œuvre délicate qui la révèle au grand public. Deux ans plus tard, elle reçoit, à 25 ans, le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle de parricide dans Violette Nozière de Claude Chabrol.

Dès lors, Isabelle Huppert tourne avec les cinéastes français les plus exigeants, notamment Godard (Sauve qui peut la vie ) et Pialat (Loulou), ce qui vaut à cette comédienne discrète une image d'intellectuelle. Elle se montre pourtant à l'aise dans les registres les plus variés, de l'ambiguïté (Eaux profondes) à la fantaisie (La Femme de mon pote).

Elle part à Hollywood pour jouer dans La Porte du paradis, le western maudit de Michael Cimino. L'actrice, qui acquiert une renommée internationale, est également dirigée par Wajda, Ferreri et Losey.

Parallèlement, les succès de Coup de torchon de Bertrand Tavernier et de Coup de foudre de Diane Kurys assurent sa popularité en France. Isabelle Huppert poursuit une fructueuse collaboration avec Chabrol, qui semble avoir trouvé, avec cette actrice subtile jusqu'au vertige, une interprète idéale : elle est sa Madame Bovary, mais incarne aussi pour lui une faiseuse d'anges (Une affaire de femmes), une postière criminelle (La Cérémonie) - deux films pour lesquels elle est primée à Venise en 1988 et 1995- et une patronne perverse (Merci pour le chocolat).

A partir des années 90, Huppert explore les frontières entre raison et folie, à travers ses rôles chez Schroeter, Mazuy (elle prête ses traits à la cruelle Maintenon dans Saint-Cyr), mais aussi lors de ses incursions dans la comédie (8 femmes, Les Sœurs fâchées).

Décrochant le prix d'interprétation à Cannes en 2001 pour son hallucinante prestation dans La Pianiste de Haneke, elle tourne avec la fine fleur du cinéma d'auteur français ( Doillon, Jacquot, Assayas), et quelques Américains iconoclastes (Hal Hartley, David O. Russell). Très courues, ses apparitions au théâtre achèvent d'en faire l'une des comédiennes les plus douées et les plus audacieuses de sa génération.

Elle est très discrète sur sa vie privée, elle a trois enfants Lolita (née en octobre 1983), Lorenzo (né en 1986) et Angelo (né en août 1997), de son compagnon Ronald Chammah, réalisateur, qui l'a fait tourner une seule fois dans Milan noir (1987)

Cadette de cinq enfants, son frère Rémi est écrivain, Jacqueline est professeur d'économie, les deux autres Caroline et Élisabeth (l'ainée, née en 1948) sont actrices, auteurs et réalisatrices

FilmographieModifier

Actrice Modifier

Fichier:Pacifiquehuppert.jpg

Productrice Modifier

À travers sa société Les Films du Camélia :

Nominations et récompenses Modifier

  • Prix Lumière de la critique internationale
    • 1996 : Meilleure actrice, pour La Cérémonie
    • 2001 : Meilleure actrice, pour Merci pour le chocolat
    • 2006 : Meilleure actrice, pour Gabrielle
  • César
    • 1976 : Prix Suzanne Bianchetti du Meilleur espoir féminin, pour Le Juge et l'Assassin
    • 1996 : César de la meilleure actrice, pour La Cérémonie
    • 1976 : Nomination Meilleure actrice second rôle, pour Aloïse
    • 1978 : Nomination Meilleure actrice, pour La Dentellière
    • 1979 : Nomination Meilleure actrice, pour Violette Nozière
    • 1981 : Nomination Meilleure actrice, pour Loulous
    • 1982 : Nomination Meilleure actrice, pour Coup de torchon
    • 1989 : Nomination Meilleure actrice, pour Une affaire de femmes
    • 1995 : Nomination Meilleure actrice, pour La Séparation
    • 1999 : Nomination Meilleure actrice, pour L'École de la chair
    • 2001 : Nomination Meilleure actrice, pour Saint-Cyr
    • 2002 : Nomination Meilleure actrice, pour La Pianiste
    • 2003 : Nomination Meilleure actrice, pour 8 Femmes
    • 2006 : Nomination Meilleure actrice, pour Gabrielle
  • Festival de Cannes
    • 1978 : Prix d’interprétation féminine, pour Violette Nozière
    • 2001 : Prix d’interprétation féminine, pour La Pianiste
  • Festival de Venise
    • 1988 : Prix d’interprétation féminine, pour Une affaire de femmes
    • 1995 : Prix d’interprétation féminine, pour La Cérémonie
    • 2005 : Lion d’or spécial d’interprétation, pour Gabrielle
  • Festival de Berlin
  • Festival de Moscou
    • 2005 : Prix d'interprétation féminine, pour Madame Bovary
  • Festival des films du monde de Montréal
    • 2000 : Prix d’interprétation féminine, pour Merci pour le chocolat
  • European Film Awards
    • 2001 : Meilleure actrice, pour La Pianiste
    • 2002 : Meilleure actrice, pour 8 Femmes
    • 2004 : Nomination Prix du public de la Meilleure actrice, pour Ma Mère
  • Étoiles d’or de la presse du cinéma français
    • 2003 : Étoile d’or du premier rôle féminin, pour 8 Femmes, de François Ozon
  • BAFTA (British Academy of Film)
    • 1978 : Meilleure révélation féminine, pour La Dentellière
  • David di Donatello du cinéma italien
    • 1978 : Meilleure actrice étrangère, pour La Dentellière
    • 2003 : Meilleure actrice étrangère, pour La Pianiste
  • Lola du cinéma allemand
    • 1991 : Meilleure actrice, pour Malina
  • Récompenses aux festivals de Thessalonique (2004), Hambourg (2003), San Sebastian (2003), Taormina (2002)...

0001376

Théâtre Modifier

  • 1973 : La Véritable histoire de Jack l’éventreur, de Caroline Huppert
  • 1974 : Viendra-t-il un autre été ?, de Jacques Spiesser, d’après Jean-Jacques Varoujean
  • 1975 : Pour qui sonne le glas, de Caroline Robert Hossein, d’après Ernest Hemingway
  • 1975 : Voyage autour de ma marmite, de Caroline Huppert, d’après Eugène Labiche
  • 1977 : On ne badine pas avec l’amour, de Caroline Huppert, d’après Alfred de Musset
  • 1989 : Un mois à la campagne, de Bernard Murat, d’après Ivan Serguéïévitch Tourgueniev
  • 1991 : Mesure pour mesure, de Peter Zadek, d’après William Shakespeare
  • 1992 : Jeanne au bûcher, de Claude Régy, d’après Paul Claudel
  • 1993 : Orlando, de Bob Wilson, d’après Virginia Woolf
  • 1996 : Mary Stuart, de Howard David, d’après Friedrich Schiller, au Royal National Theater de Londres
  • 2000 : Médée, de Jacques Lassalle, d’après Euripide
  • 2003 : 4.48 Psychose, de Claude Régy, d’après Sarah Kane
  • 2003 : Jeanne d’Arc, de Jonathan Webb, d’après Paul Claudel et Arthur Honegger, à Lisbonne
  • 2005 : Hedda Gabler, d'Éric Lacascade, d’après Henrik Ibsen
  • 2006 : Quartett, de Bob Wilson, d’après Heiner Müller


MusiqueModifier

En 2001, elle enregistre un disque en hommage à Madame Deshoulières en compagnie de Jean-Louis Murat.

Elle chante également sur les bandes originales de Signé Charlotte de Caroline Huppert, Coup de torchon de Bertrand Tavernier, La Vie promise d'Olivier Dahan, de 8 Femmes de François Ozon et des Sœurs fâchées d'Alexandra Leclère.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .