FANDOM


Kanako Kitabayashi ( japonais 北林 加奈子, Kitabayashi Kanako) plasticienne contemporaine japonaise née en 1990 à Tokyo

Biographie et œuvreModifier

Née à Tokyo en 1990 et diplômée du département artisanat de la Faculté des beaux-arts de l'Université Tama (spécialité céramique) Kanako Kitaba crée des œuvres et des installations tridimensionnelles qui allient céramique, fil, bois, verre, laine ou crin. Partant d'observations anodines du paysage quotidien, son travail de sculpture évoque avec subtilité un ensemble de phénomènes naturels, de traces humaines ou encore de lois physiques. Elle s'est approprié des techniques artisanales ancestrales pour créer son propre répertoire de formes, son monde d'objets sans sujets. La conception de chacune de ses pièces est d'abord un long travail d'expérimentation avec la matière.

Même si, dans l'absolu, les sensations profondes sont invisibles, toute la pratique de Kanako Kitabayashi, de la céramique à l'aquarelle, de la pièce unique à l'installation, tend, dans une simplicité dénuée de banalité, à rendre palpable cette invisibilité en lui offrant une existence aussi fragile que pérenne.

Expositions (sélection)Modifier

  • 2012 I don't want to be seen / Art Space Bar Buena / Tokyo
  • 2014 Mixed / Tama Art University / Tokyo
  • 2016 Tama Art University / Tokyo
  • 2017 : Rêver 2074 The University Art Museum, Tokyo University of the Arts / Tokyo ; FIAC 2017, Paris
    •   Can see / Can't See / Gallery DiEGO Omotesando / Tokyo

GalerieModifier

Site de l'artiste

kitabayashi17.jpg
Peau, 2017
Rêver 2074 FIAC 2017, Paris

Pour Rêver 2074, Kanako Kitabayashi s'est inspirée de la nouvelle Facettes, de Samantha Bailly [wkz], dans laquelle une spécialiste des neurosciences devient styliste et invente un émotissu capable de rendre les émotions visibles. Son installation prend cependant le parti de ne pas évoquer le tissu, mais la peau elle-même, ou plus exactement l'enveloppe corporelle qui nous permet de ressentir un effet au toucher. Pour l'artiste, la peau est l'ultime frontière entre l'intérieur et l'extérieur; elle protège le corps tout en lui donnant accès à son environnement, elle enveloppe la psyché tout en la trahissant parfois, frissons, rougeurs.

L'installation Peau intrigue d'autant plus qu'elle invite à lui tourner autour, à ne pas se contenter de la regarder uniquement de face mais plutôt à circuler entre ses éléments, à se baisser à leur niveau. L'ensemble de quatre sculptures évoque par sa délicate étrangeté la possibilité d'être d'un tout autre monde. Chaque sculpture est l'assemblage inattendu de plusieurs matières rarement associées entre elles: céramique et laine, porcelaine-bois-nylon. Ce sont des mélanges de matériaux trouvés, utilisés tels quels, et de matière organique longuement façonnée avant d'être cuite.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .