FANDOM


Karoo Crossing est une œuvre réalisée par Richard Long en 2004. Cette réalisation éphémère se situait dans la localité de Guarrie Berg, Désert du Karoo, Afrique du Sud. C'est une œuvre simple et solitaire, dont la seule trace réside dans les clichés de Richard Long.

Long a voyagé un peu partout, de Mongolie en Australie en passant par le Sahara. Chaque fois, il a marqué ces paysages de ses empreintes éphémères. Il est ici dans la région du Karoo, en Afrique du Sud, une réserve naturelle de près de 400 000 kilomètres carrés où les premières pistes furent tracées des siècles auparavant par les Hottentots et les Bochimans, ses lointains devanciers, bien avant que les charriots des Boers engagés dans le «GrandTrek» de 1835 n'y laissent les empreintes plus profondes de leurs roues.

La trace laissée par Richard Long est toujours éphémère. Ce peut être celle de ses pas, ou une simple ligne marquée au sol grâce à l'eau de sa gourde. Une technique à laquelle il se refuse pourtant dans les déserts. Ici, elle affecte grossièrement la forme d'un «X», réalisé en balayant soigneusement le sol entre deux alignements de pierres sèches. Une photographie en conserve le souvenir, dont le cadrage peut encore apporter à l'œuvre, comme ici où une forme naturelle dans le prolongement du dessin, à l'arrière-plan, peut évoquer une tête et confère à l'ensemble une allure vaguement humanoïde.

L'homme est discrètement présent dans ses peintures, par le truchement des empreintes de mains, il est cependant toujours absent des installations de Richard Long dans le paysage. Pour une raison très simple : son travail est solitaire. « Généralement, Je marche seul. C'est un plaisir d'être solitaire dans le paysage. Au fond, c'est un travail très privé, très personnel. Sans les photos, les chances que quelqu'un voie réellement cette œuvre sont très minces. Et celles qu'il la reconnaisse pour une œuvre d'art sont plus minces encore»

Cette graphie minérale inverse brièvement le rapport entre l'être et le lieu; l'homme intègre sa présence à l'environnement sans dénaturer sa composition; l'intervention reste simple, solide dans ses fragments, fragile dans son organisation. Sans chercher à refaire le monde par l'art, mais en disposant quelques cailloux sur des mers de roches, Richard Long a su produire une œuvre qui positionne le geste humain sur un paradigme d'humilité comme peu d'artistes ont su le faire.

Copyright: Richard Long, 2004
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .