FANDOM


L'Enfant sauvage est un film français réalisé par François Truffaut, inspiré de l'histoire de Victor de l'Aveyron et sorti en 1970.

Synopsis Modifier

Après avoir été capturé par des paysans, un enfant sauvage est amené au Docteur Jean Itard, à Paris. La plupart du monde scientifique le considère comme un enfant attardé, mais le Docteur Itard va réussir à éveiller ses capacités intellectuelles.

La marge est étroite entre la sauvagerie civilisée de la vie parisienne et les règles brutales de vie dans la nature. Victor trouve un semblant d'équilibre près des fenêtres qui marquent la transition entre l'enfermement et le dehors. Les bougies et les airs de mandoline jouent aussi les médiateurs. Mais Victor paie son adaptation à des relations sociales en perdant sa capacité à vivre comme un sauvage.

Le vrai Victor de l'AveyronModifier

Victor de l'Aveyron est un enfant sauvage, qui serait né vers 1790 dans l'Aveyron.

Le 8 janvier 1800, un enfant nu, voûté, aux cheveux hirsutes, est débusqué par trois chasseurs. Il s'enfuit, sort des bois et se réfugie dans la maison du teinturier Vidal, à Saint-Sernin-sur-Rance. Il ne parle pas et fait des gestes désordonnés. Il est envoyé trois jours plus tard à Saint-Affrique puis à Rodez.

C'est un certain abbé Bonnaterre qui le récupère et l'emmène à l'École centrale. Le ministre Lucien Bonaparte réclame son transfert à Paris. Il arrive donc dans la capitale le 6 août 1800. Le voilà livré à la curiosité de la foule et des savants. Toutes sortes d'hypothèses, même les plus absurdes, ont été formulées à son sujet. En particulier on ne saura jamais si son retard mental était dû à son isolement ou si un handicap mental préalable avait conduit à son abandon vers l'âge de deux ans.

En 1801, Victor est confié au docteur Jean Itard. Personne ne croit à sa réinsertion sociale, mais Jean Itard s’attelle à la tâche. Il publiera un mémoire la même année et un rapport en 1806 sur ses travaux avec Victor de l’Aveyron. Pendant cinq années, il a travaillé avec cet enfant à sa réinsertion sociale, mais a considéré comme un échec personnel son incapacité – ou son refus ? – à parler.

Victor est confié à une certaine madame Guérin qui le soigne pendant 17 ans, de 1811 à sa mort en 1828, dans une maison de l'impasse Feuillantine.

Lucien Malson publie les écrits du docteur Itard qui cherchait à humaniser le garçon. Il remarque les difficultés qu'il a eu à faire retrouver à l'enfant une sensibilité, des sentiments, une faculté de raisonnement, mais surtout à lui apprendre à communiquer. Itard se demande finalement s'il n'aurait pas mieux fallu le laisser dans la forêt. Malson déclarera « L'homme à la naissance n'est qu'une espérance ».

Cependant, selon Serge Aroles, un chirurgien auteur de L'Enigme des enfants-loups (2007), qui a mené des investigations dans les archives, Victor de l'Aveyron est un faux cas d'enfant sauvage, comme tant d'autres qu'il a démystifiés :

Victor vit en périphérie des villages, ramassant des navets et des pommes de terre dans les champs cultivés, venant parfois se chauffer dans les maisons lorsqu'il fait trop froid, etc.

Victor n'a développé aucune, absolument aucune aptitude à la survie dans les forêts ; il ne sait même pas casser une noix avec une pierre, ce sont les hommes qui lui apprendront ceci plus tard.

Les cicatrices sur le corps de Victor de l'Aveyron ne sont pas celles d'une vie dans les bois, mais celles d'une maltraitance humaine.

Distribution Modifier

Fiche techniqueModifier

  • Réalisation : François Truffaut
  • Assistant réalisateur : Suzanne Schiffman
  • Scénario: François Truffaut et Jean Gruault d'après Jean Itard ("Mémoires et rapport sur Victor de l'Aveyron")
  • Production : Marcel Berbert
  • Image : Néstor Almendros
  • Montage : Agnès Guillemot
  • Durée: 83 minutes
  • Noir et blanc
  • Date de sortie : 26 février 1970

DistinctionsModifier



Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


From Film Wiki, a Wikia wiki.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .