FANDOM


Le lac Biwa (琵琶湖, Biwa-ko) est le plus grand des lacs d'eau douce du Japon, situé au centre de la préfecture de Shiga, au nord-est de Kyôto. En raison de sa proximité des anciennes capitales de Nara et Kyōto, le lac est souvent cité dans la littérature japonaise, en particulier la poésie et les récits de batailles.

Biwa, instrument de musique

Le lac tire son nom du biwa (琵琶), instrument ancien, sa forme sur les cartes rappelant celle de cet instrument à corde.

Le biwa est un luth à manche court japonais d'origine chinoise où il est appelé pipa (琵琶). Les plus anciens instruments conservés datent du VIIIe siècle, époque de l'apport de la culture chinoise au Japon. Il est l'instrument de la déesse Benzaiten.

Le corps est entièrement taillé dans un seul bloc de bois dur piriforme scindé en deux pour être évidé, puis collé. Le manche n'est que le prolongement du corps et comporte trois ou quatre frettes inamovibles et hautes taillées de sorte que les cordes en soie émettent un « buzz » à leur contact et qu'il est possible d'obtenir des déclinaisons micro-tonales en les pressant. Le chevillier est presque à angle droit avec des chevilles traditionnelles imposantes. Le chevalet plat est massif. On incruste traditionnellement des morceaux d'ivoire ou d'argent sur la table d'harmonie.

Types de biwa :

- période classique :

  • Gagaku biwa (雅楽琵琶) ou gakubiwa (楽琵琶) : à quatre cordes et quatre frettes, utilisé dans la musique impériale, le gagaku. Le plectre est petit, fin et très dur (ivoire).
  • Mōsō biwa (盲僧琵琶) : à quatre cordes (mi - si - mi - la) et quatre frettes, utilisé pour les mantras bouddhistes. Il en existe des versions à cinq et six frettes accordées différemment. Le plectre est variable.

- période Edo :

  • Heike biwa (平家琵琶) : à quatre cordes (la - do - mi - la) et cinq frettes utilisé pour accompagner l'épopée Heike Monogatari ; on parle alors de Heikyoku. Le plectre est large.
  • Satsuma biwa (薩摩琵琶) : à quatre cordes (la - mi - la - si) et quatre frettes répandu dans la région de Satsuma (Kagoshima) et utilisé pour la récitation épique d'abord réservé à la classe des guerriers puis utilisé par les musiciens aveugles ambulants (biwa hoshi 琵琶法師). Son plectre est le plus large, à la manière d'un éventail, et a pu servir d'arme.

- période moderne :

  • Chikuzen biwa (筑前琵琶) : à quatre cordes (si - mi - fa# - si) et quatre frettes ou cinq cordes (mi - si - mi - fa# - si) et cinq frettes, utilisé par les femmes, car sa taille est réduite ainsi que son poids. La résonance est accentuée par une table d'harmonie en paulownia. Le plectre est de taille moyenne.
  • Nishiki biwa (錦琵琶) : à cinq cordes (do - sol - do - sol - sol) et cinq frettes utilisé par Suitō Kinjō. Son plectre est le même que celui du Satsuma.

Jeu

Le musicien, en kimono, joue à genoux sur un zabuton, dans la position seiza. L'instrument est soit posé horizontalement sur les genoux, le manche orienté vers la gauche, soit posé en oblique sur les genoux, le manche reposant sur l'épaule gauche.
Le très large plectre (bachi) en forme d'éventail, en bois très dur, est tenu à pleine main. Il a non seulement un rôle mélodique mais aussi rythmique puisqu'il peut mettre en vibration plusieurs cordes successivement. En outre, il a une fonction percussive, car on le plaque très souvent de manière violente et sonore contre la table d'harmonie, ce qui produit un son claqué très sec. Il peut aussi être frotté contre les cordes et produire ainsi des effets de crissement intégrés à la musique.


Lac Biwa

Perles Biwa

http://zawiki.free.fr/commun/Katsura1.jpg

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .