FANDOM


Le Faucon maltais (The Maltese Falcon), film américain réalisé par John Huston, sorti en 1941.

Analyse critiqueModifier

Le détective privé Sam Spade et son associé Miles Archer sont contactés par Brigid O'Shaughnessy, qui utilise alors un pseudonyme, pour réaliser une filature sur un homme qui est supposé avoir fui avec sa jeune sœur. Brigid O'Shaughnessy paraît innocente, tirée à quatre épingles, comme une sage jeune fille. L'accord est conclu. Cette nuit là Spade reçoit un coup de fil de sa secrétaire, Effie qui lui apprend qu'Archer a été tué en filant Thursby. Peu après, au milieu de la nuit, deux officiers de police rendent visite à Spade pour l'interroger sur son emploi du temps des dernières heures. Spade est sur la défensive et les questionne sur l'objet réel de leur visite. Les officiers l'informent qu'Archer a été tué quelques heures auparavant ainsi que Thursby et que Spade est suspecté.

Brigid O'Shaughnessy demande à Sam de ne pas révéler son nom et de l'aider. Intéressé tout autant par la beauté de la jeune femme que par son argent, Sam accepte et il reçoit la visite d'un étranger nommé Joel Cairo qui lui offre 5 000 dollars en échange d'une statuette représentant un faucon. Il découvre ensuite qu'en plus de Brigid et de Cairo une troisième personne s'intéresse au faucon, Kasper Gutman. Ce dernier propose d'ailleurs 50 000 dollars à Sam pour le faucon qui était à l'origine un cadeau de l'ordre des Chevaliers de Malte au roi Charles d'Espagne et dont l'existence causa une succession de vols et de crimes.

Sam parvient à entrer en possession du fabuleux oiseau tant convoité mais Kasper découvre qu'il s'agit d'un faux et Sam comprend que Brigid est coupable du meurtre de son associé Archer. Il la livre sans hésiter à la police.

Le Faucon Maltais est considéré comme l'archétype du « film noir ». C'est le film qui a révélé l'acteur Humphrey Bogart, dans le rôle du détective privé. L’intrigue n’est pas linéaire, elle fourmille de rebondissements, de tension et parviens régulièrement à surprendre.

Le Faucon Maltais est un roman de l’écrivain américain Dashiell Hammett. Celui-ci avait débuté sa carrière comme détective privé, mais avait été contraint d’abandonner ce métier suite à une grave tuberculose. Il se mit alors à écrire des romans policiers en lançant son propre style, dynamique, particularisé par des dialogues écrits proches des dialogues parlés. Il écrit le ‘Faucon Maltais’ en 1928 et le livre, publié en 1930 a immédiatement un grand succès populaire. Les studios Warner en achètent les droits et sortent une première adaptation dés 1931, hélas ratée, comme celle de 1936.

C’est un jeune écrivain de pièces de théâtre et de scripts pour la Warner qui va tenter d’adapter le livre pour la troisième fois, qui sera aussi la bonne, en 1941. John Huston, poussé par Howard Hawks avec qui il a collaboré et qui a apprécié ses talents, se fait confier la réalisation d’une nouvelle version du ‘Faucon Maltais’. Mais les studios ne veulent pas prendre de risques et ne lui confient alors qu’un tout petit budget et une période de tournage courte. John Huston tourne ici son premier long métrage et va d’emblée s’imposer comme un formidable directeur d’acteurs et metteur en scène. Le manque de moyens le force à amplifier le côté intimiste et oppressant de ce roman noir en utilisant de petits décors. Mais il sait superbement jouer avec la caméra, s’inspirant des techniques de la vague de cinéastes allemands, dont Fritz Lang, qui ont fui l’Europe en guerre.

Pour ne pas trahir ce roman une nouvelle fois, John Huston décide d’ailleurs de le suivre à la lettre, obéissant toutefois à l’ordre de son producteur Hal B. Wallis d’accélérer le rythme des dialogues. Pour ce film qui repose essentiellement sur l’atmosphère et la tension, il fallait aussi des acteurs hors pair. Mary Astor, qui a débuté dans le film muet tout en dévoilant les frasques de sa vie privée, incarne à merveille la "femme fatale" qui ne vit que par et pour le mensonge. Le "méchant" du film est incarné par l’acteur de théâtre Sydney Greenstreet qui impose sa calme détermination grâce aux belles contre-plongées voulues par le réalisateur. Enfin, on remarquera le personnage énigmatique et précieux dont la sournoiserie ressemble à celle du serpent, superbement interprété par Peter Lorre, celui-là même qui incarnait le répugnant personnage de "M" dans "M le maudit" de Fritz Lang.

C’est l’une des premières fois que la barrière "Bons" et "Méchants" tombe, avec des personnalités floues et ambiguës. À sa sortie, le film est salué par la critique et obtient un beau succès public.

DistributionModifier

  • Humphrey Bogart : Sam Spade
  • Mary Astor : Birgit O'Shaughnessy
  • Gladys George : Iva Archer
  • Peter Lorre : Joel Cairo
  • Barton MacLane : le lieutenant Dundy
  • Lee Patrick : Effie Perrine
  • Sydney Greenstreet : Kasper Gutman
  • Ward Bond : le détective Tom Polhaus
  • Jerome Cowan : Miles Archer
  • Elisha Cook, Jr : Wilmer Cook
  • Walter Huston : Captain Jacobi
  • James Burke
  • John Hamilton
  • Emory Parnell

Fiche techniqueModifier

  • Titre : Le Faucon maltais
  • Titre original : The Maltese Falcon
  • Réalisation: John Huston
  • Scénario: John Huston, adapté du roman policier homonyme de Dashiell Hammett, paru en 1929.
  • Image : Arthur Edeson
  • Montage : Thomas Richards
  • Musique originale : Adolph Deutsch
  • Durée: 100 minutes (1 h 40)
  • Dates de sortie: 3 octobre 1941 ; France 31 juillet 1946

Le film est la troisième des quatre adaptations cinématographiques directes recensées du roman de Hammett, les trois autres sont:

  • 1931 : Le Faucon maltais (The Maltesse Falcon) de Roy Del Ruth, avec Ricardo Cortez et Bebe Daniels
  • 1936 : Satan Met a Lady de William Dieterle, avec Bette Davis et Warren William
  • 1969 : Target : Harry de Roger Corman, avec Vic Morrow et Suzanne Pleshette


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .