FANDOM


Litan : La cité des spectres verts film de Jean-Pierre Mocky sorti en 1982.

Analyse critiqueModifier

Litan est la tentative unique et réussie d'incursion de Jean-Pierre Mocky dans le cinéma fantastique français dans lequel la dramaturgie a moins d'importance que l'atmosphère.

Jock, un géologue, et sa campagne Nora se rendent à la cité montagneuse de Litan. Litan est une belle ville, un village ancien, qui n’est clairement pas situé géographiquement. Il pourrait s’agir d’un petit village reculé dans un coin des Alpes. On fête les morts et, suite à un affaissement de terrain, de mystérieuses lueurs vertes apparaissent dans le torrent qui traverse le village de Litan. D’apparence anodin, le comportement des premiers exposés à ces lueurs se révèle vite sanglant. Les « exposés » subissent une perturbation majeur du comportement et sont guidés par des pulsions homicides. Pire, ils ne semblent plus avoir de raisons, ni même de but. Alors que l’épidémie se répand très rapidement, les autorités sont submergées.

Les personnages principaux vont tenter de sortir de ce piège qu’est devenu Litan. Un piège où la mort cherche à se réincarner dans le corps des vivants dans une confusion funeste. Jock et Nora vont tenter de s’échapper, mais une surprise de taille les cueillera au terme de cette course pour la survie. Comme un leitmotiv lancinant, sans réelle fonction dans le récit, apparaissent régulièrement les Musiciens qui sont comme les gardiens des lieux et qui suivent à la trace Jock et Nora. Ils ne sont pas agressifs mais ils semblent incarner le spectre de la défaite, une présence irréelle et de fort mauvaise augure comme des corbeaux maléfiques.

Litan semble avoir une faible structure et le déroulement des évènements parait un rien anarchique. Ainsi le spectateur doit quelque peu s’investir pour comprendre la progression de l’histoire. Mais cette structure relativement éthérée lui donne une grâce, une poésie qui font de Litan un film subjuguant.

D’une ville pittoresque, qui a un cachet certain (en fait, Annonay, dans l’Ardèche), Jean-Pierre Mocky parvient créer une dimension fabuleuse, une cité du cauchemar. C’est une performance de Jean-Pierre Mocky , que d'avoir transfiguré un décor banal en lui restituant une magie et une tonalité marquée. Litan vient d’un souvenir personnel de Jean-Pierre Mocky, de sa Slovénie natale où il voyait, enfant, certains rites ou coutumes particuliers, dont les feux follets et la cérémonie pour les morts.

Litan peut être perçu comme le brouillon de Agent trouble, réalisé à la fin des années 80 et qui, dans la même tonalité angoissante voire horrifique, racontait quasiment la même histoire, une eau qui empoisonne des touristes, avec une faculté à instiller le mystère. Son film démontre sa détermination à fureter dans tous les genres, à laisser de côté un instant toute velléité sociale ou politique. Poème glauque et grotesque, constamment sur le fil du risible ou du sublime, avec cette notion de risque à chaque instant, Litan est une œuvre de funambule. Un voyage au pays des limbes et des songes avec ce qu'il faut comme effets visuels et de personnages bizarres pour susciter un sentiment d'insécurité.

L'atmosphère prime régulièrement sur l'intrigue plutôt ténue, mais cette réserve n'altère en rien une oeuvre d'artiste résolument hors des normes et étrange pour l'époque. En récusant toute psychologie, Mocky maintient son argument jusqu'au bout. Le film développe son propre imaginaire, ce qui est rare dans un genre très codifié où les idées se recyclent ou se recroisent assez souvent. Mocky touche à l’essence même du genre fantastique, laisser aux spectateurs suffisamment d’autonomie pour qu'ils se fassent leur propre représentation active de l’œuvre avec leur imaginaire .

Distribution Modifier

Fiche technique Modifier

  • Titre complet: Litan : La cité des spectres verts
  • Réalisation : Jean-Pierre Mocky
  • Scénario : Jean-Pierre Mocky et Patrick Granier
  • Musique originale : Nino Ferrer
  • Image : Edmond Richard
  • Montage : Jean-Pierre Mocky, Catherine Renault
  • Durée : 88 minutes
  • Date de sortie : 24 février 1982

Récompense


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .