FANDOM


Le Musée de Grenoble est le principal musée d'art et d'Antiquités de la ville de Grenoble, en Isère. Situé place Lavalette, à l'emplacement d'un ancien couvent des Franciscains édifié en 1218 et dont le site deviendra militaire à la fin du XVIe siècle, il fait partie des premiers musées d'art français et conserve l'une des plus belles collections d'art ancien.

Réparties sur cinquante-quatre salles ainsi qu'un vaste jardin de sculptures, la plupart des disciplines artistiques y sont représentées et ses collections embrassent une période comprise entre l’Égypte antique et l’art moderne et contemporain. Grâce à l'action de l'un de ses conservateurs de l'entre-deux-guerres, il est considéré comme le tout premier musée d'art moderne en France.

HistoriqueModifier

Le musée de Grenoble a été fondé le 16 février 1798 par Louis-Joseph Jay, bien avant les autres musées de province français. Début 1799, tout en s'occupant de la collecte des œuvres d'art de l'Isère, Jay fait une demande de souscription publique afin d'acheter tableaux et dessins.

Installé dans quatre salles du premier étage de l'ancien évêché à partir de son inauguration le 31 décembre 1800, le musée compte 298 objets d'art dont 177 tableaux, 80 dessins ou gravures et 45 sculptures disposées dans le jardin. Mais, quelques mois après son ouverture, la signature du concordat de 1801 par Napoléon Bonaparte oblige le musée à évacuer les locaux, afin de leur rendre leur destination première.

Il emménage le 14 juillet 1802 dans l'École centrale, l'actuel lycée Stendhal. Le 12 mars 1807, un décret transforme le musée, jusqu'alors départemental, en musée municipal. Les acquisitions, les donations et les legs se poursuivent tout au long du XIXe siècle, au point de rendre indispensable la construction d'un nouveau bâtiment malgré l'agrandissement du bâtiment en 1844.

Un nouvel édifice appelé musée-bibliothèque et conçu par l'architecte Charles-Auguste Questel ouvre au public ses 21 salles pour sa partie musée le 19 juin 1870 sur l'actuelle place de Verdun. L'édifice abrite également la Bibliothèque municipale de Grenoble, constituant ainsi l'un des grands exemples de l'architecture des musées en France et en Europe.

En 1920, le musée de Grenoble est considéré comme le premier musée d'art contemporain en France puisque celui de Paris n'ouvre qu'en 1947. Sous l'impulsion de son nouveau conservateur Andry-Farcy, le musée est même l'un des premiers dans le monde avec le musée Folkwang d'Essen et celui de Łódź en Pologne, le Museum of Modern Art de New York n'ouvrant quant à lui qu'en 1929. En 1921, le musée de Grenoble expose le premier des tableaux de Pablo Picasso dans une collection publique française.

En 1982 le président François Mitterrand annonce la création d'un nouvel édifice. L'année suivante, le nouveau maire de la ville Alain Carignon et le ministre de la Culture Jack Lang s'accordent sur le principe et le lieu de construction : un terrain tout proche du centre-ville et voisin d'un parc urbain. Après la désignation des architectes en 1987, le chantier de construction débute en 1990. Cette période de transfert va donner l'occasion à l'institution d'exposer 175 chefs-œuvres à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne à partir du 15 octobre 1992, et dans trois villes japonaises Tokyo, Takamatsu et Kanazawa à partir du 23 avril 1993.

Le 29 janvier 1994, le nouveau bâtiment abritant les collections est inauguré par le premier ministre Édouard Balladur. Situé en plein centre de la ville, en bordure de l'Isère, il triple la surface d'exposition de l'ancien musée.

CollectionsModifier

Le musée offre la possibilité de parcourir sans rupture, l'histoire occidentale du XIIIe au XXIe siècle, avec pour chaque période des œuvres de premier plan. De plus, une collection de 115 statuettes et objets d'art africains figure dans l'allée séparant le XIXe du XXe siècle.

Le musée possède 25 000 œuvres dont la grande majorité est exposée temporairement dans le musée ou d'autres lieux, et seules 900 sont exposées de façon permanente dans 57 salles sur 14 000 m2

Art moderne et contemporain

Salles 24 à 48

Toutes les tendances et mouvements de la peinture sont présents, tels le fauvisme avec des tableaux de Henri Matisse, André Derain, Albert Marquet, Raoul Dufy, Maurice de Vlaminck, Emile Othon Friesz , Jean Puy, Charles Camoin, Kees van Dongen, le cubisme avec Georges Braque, Albert Gleizes, André Lhote, Fernand Léger et Le Corbusier, l'école de Paris, représentée par Amedeo Modigliani, Chaïm Soutine, Maurice Utrillo ainsi que Marc Chagall. Quatre peintures illustrent les différentes périodes artistiques de Pablo Picasso tandis que l'on retrouve aussi des œuvres de peintres tels Pierre Bonnard, Jacques Villon, Natalia Gontcharova, Paul Signac, Henri-Edmond Cross , Claude Monet, Georges Rouault, Robert Delaunay, Kurt Schwitters, George Grosz, Paul Klee, Vassily Kandinsky, František Kupka, Theo van Doesburg, Giorgio Morandi, Jean Arp, Nicolas de Staël, Balthus, Bernard Buffet, Yvette Alde, Maria Elena Vieira da Silva ou encore Hans Hartung.

De grands noms du surréalisme sont aussi présents comme Giorgio de Chirico, René Magritte, Joan Miró, Max Ernst, André Masson, Francis Picabia ou Yves Tanguy.

La sculpture est également présente dans les salles, avec des œuvres d'Auguste Rodin, Georges Rouault , Henri Laurens, Raymond Duchamp-Villon, Jacques Lipchitz, Julio Gonzalez, Ossip Zadkine, Max Ernst , Alberto Giacometti, Alexander Calder et même Henri Matisse, grâce au legs Agutte-Sembat.

Le musée de Grenoble est aussi une référence pour l'art contemporain, sa collection étant une des plus anciennes de France, avec notamment des œuvres de Sam Francis, Frank Stella, Pierre Soulages, Annette Messager, Christian Boltanski , Christo, Tapies, Andy Warhol, Olivier Debré, Donald Judd, Robert Ryman, François Morellet, Carl Andre, Sol LeWitt, Giuseppe Penone, Victor Vasarely, Bernard Pagès, Jean Dubuffet, Daniel Spoerri, Martial Raysse, Arman, Jean Peyrissac, Michel Moskovtchenko ou encore Rebecca Horn et Thomas Schütte.

Expositions temporaires (sélection)Modifier

Parallèlement aux espaces consacrés à la présentation des collections permanentes, des salles sur une superficie de 1 000 m2 sont réservées aux expositions temporaires. Chaque année, deux grandes expositions y sont organisées.

  • 1995 : Rebecca Horn
  • 1996 : Morris Louis - Aurélie Nemours
  • 1997 : Imi Knoebel - Signac et la libération de la couleur
  • 2003 : Thomas Schütte
  • 2006 : Georges Braque, Paul Klee, Fernand Léger
  • 2007 : L'Impressionnisme de France et d'Amérique
  • 2008 : Collection d'art africain, un patrimoine dévoilé.
  • 2009 : Patrick Faigenbaum, Richter en France, Alex Katz, Gregory Forstner, Duncan Wylie, Gaston Chaissac
  • 2011 : Chagall et l'avant garde russe - Alain Kirili
  • 2013 : Alberto Giacometti ; Sigmar Polke
  • 2014 : Giuseppe Penone
  • 2015 : De Picasso à Andy Warhol, une décennie d’enrichissement des collections du musée de Grenoble
  • 2016 : Cristina Iglesias  ; Kandinsky - Les années parisiennes (1933-1944)

GalerieModifier

pages74.jpg


pages75.jpg
Bernard Pagès, 1975

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .