FANDOM


O Salto (Le saut) est le premier film de Christian de Chalonge, sorti en 1967, Prix Jean-Vigo

SynopsisModifier

Encouragé par la lettre d'un compatriote, Marquès, qui l'a précédé à Paris, Antonio se décide à quitter l'atelier de menuiserie où il végète, dans une petite cité portugaise, pour trouver en France un meilleur travail, bien rémunéré. Clandestinement, avec tout un groupe de travailleurs qui fuient comme lui une vie misérable, Antonio passe la frontière espagnole non sans essuyer les coups de feu des gardes civils espagnols.

Pour ce long voyage, il faut payer 200 000 anciens francs au convoyeur, la moitié de cette somme étant versée immédiatement, la seconde moitié, laissée à sa famille, n'étant remise que lorsqu'il sera parvenu au terme de cette odyssée et installé à Paris. Il est convenu, en effet, que lorsque ses parents recevront la moitié de sa photo d'identité, ce sera le signe que leur fils est arrivé à bon port et qu'il a trouvé du travail. Le passage de la frontière française offrira moins de difficultés, mais ces hommes parqués dans ce camion entièrement clos arrivent épuisés.

Il leur faut encore prendre un taxi pour se faire conduira à Champigny où les attendent dortoirs et chantiers de travail. Mais Antonio, qui a quelques connaissances du français et n'a pas oublié une jeune infirmière, Françoise, venue passer des vacances au Portugal, espère obtenir plus rapidement un travail qualifié et les cartes de travail réglementaires indispensables pour se présenter à un office du travail. A la recherche de Marquès, dont ses camarades parlent mystérieusement, il erre d'hôtel en hôtel, puis il se rend à la clinique où travaille Françoise.

La jeune femme, surprise, lui donne un rapide rendez-vous, chez elle, pour le lendemain. Mais lorsqu'Antonio se présente, il comprend que ses amis d'un été sont loin de lui, de ses difficultés réelles, de sa détresse imminente, et il s'éloigne discrètement après avoir pris le porto de l'amitié et de l'indifférence mondaine. Ses ressources diminuant, Antonio accepterait volontiers n'importe quel travail, voulant bien renoncer à sa qualification de menuisier.

Mais dans ces immenses chantiers de construction, l'embauche est difficile pour qui n'est pas dûment introduit. Enfin, Marquès apparaît affairé, hâtif, mettant rapidement les choses au point. Oui, il va aider Antonio, mais l'obtention des papiers d'immigrant coûte cher : 40 000 francs, l'obtention d'un emploi se monnaie également : le chantier du métro est moins coûteux que le travail d'usine mais il faut compter 50 000 francs.

Le cœur lourd, bouleversé par une telle révélation, mais digne et maître de lui, Antonio se résigne à accepter cette exploitation d'un Portugais par un autre Portugais. Ce soir, il couchera dans un dortoir, qui ressemble singulièrement aux baraques des camps de concentration, puis il ira travailler en usine. Ainsi se sont écoulés huit jours d'errance à travers une capitale froide, grise, et le voici avec ses compagnons de misère. Pour rassurer les siens sur un sort dont ils ignoreront longtemps qu'il est si douloureux, il poste la moitié de sa petite photographie déchirée. C'est bien le visage d'un Antonio cruellement meurtri que pourra contempler sa mère.

CritiqueModifier

Le film se situe avant l'entrée du Portugal dans l'Union Européenne, qui n'interviendra que 20 ans plus tard, et dans les toutes dernières années de la dictature de Salazar. Le mot « salto » en portugais signifie « saut ». Par extension, il désigne le passage clandestin auquel se sont livrés des milliers de portugais qui ont fui leur pays, afin de tenter leur chance en France.

Tous les faits rapportés dans ce documentaire à peine romancé sur la condition des travailleurs portugais immigrés en France, sont rigoureusement authentiques. De Chalonge les a recueillis en une année d'enquête. On peut même ajouter que 70 % des figurants portugais qui apparaissent dans le film les ont vécus dans leur chair.

À travers un exemple parmi d'autres, Christian de Chalonge, pour son premier film retrace l’histoire de ces hommes qui ont quitté leur famille et leur pays alors en proie au régime dictatorial de Salazar et engagé dans des guerres coloniales en Angola et au Mozambique. De l’autre côté de la frontière, la France, en pleine Trente Glorieuses, a de gros besoins en main-d’œuvre étrangère et accueille ces sans-papiers avec hypocrisie, se voilant les yeux devant les trafics et les conditions d'hébergement indignes.

DistributionModifier

  • Marco Pico  : António Ferreira
  • Ludmila Mikaël : Dominique
  • Antonio Passalia : Carlos (as Anthony Pass)
  • António Assunção
  • Henrique de Souza : Alberto
  • Americo Trinidade : Americo

Fiche techniqueModifier

  • Autre titre : Le Saut
  • Titre anglais : Voyage of Silence
  • Réalisateur : Christian de Chalonge
  • Scénario et dialogues : Roberto Bodegas et Christian de Chalonge
  • Sociétés de production : Fildebroc et Les Artistes Associés
  • Directeur de production : Georges Casati
  • Directeur de la photographie  : Alain Derobe
  • Musique originale : Luís Cília
  • Montage : Hélène Arnal
  • Durée : 90 minutes
  • Date de sortie : 29 novembre 1967

Récompense::

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .