FANDOM


Patrice Chéreau est un metteur en scène de théâtre, réalisateur de cinéma et acteur français. Il est né à Lézigné, en Maine-et-Loire, le 2 novembre 1944. Il est le fils cadet d'un couple de peintres.

BiographieModifier

Installés à Paris, ses parents l'initient au monde des arts en l'emmenant régulièrement visiter des expositions. Il entre au Lycée Louis-le-Grand et rejoint la troupe de théâtre de son établissement. Être acteur ne lui suffit pas : il met en scène et se lance dans la conception des décors et des costumes.

En 1966, à 22 ans, dans la France d'avant mai-1968, il prend la direction du Théâtre de Sartrouville. Comme la plupart de ses compagnons, il s'engage dans un théâtre politique où il affiche des positions affirmées.

La faillite, en 1969, du Théâtre de Sartrouville, pousse Patrice Chéreau vers l'Italie, où il intègre le Piccolo Teatro de Milan. Il travaille en même temps en France, où il se met en scène, à Marseille, dans Richard II de William Shakespeare. Puis de 1971 à 1977, il dirige avec Roger Planchon et Robert Gilbert le Théâtre National Populaire de Lyon-Villeurbanne.

La mise en scène de L'Anneau du Nibelung pour le Ring du centenaire (1976 à 1980) à Bayreuth le rend célèbre au plan international.

Pour Chéreau, le cinéma garde en commun avec le théâtre l'unité de lieu et de temps; les scènes deviennent à l'écran des séquences. Mais pour lui le cinéma permet de mieux mettre en valeur les émotions picturales de son enfance. La première réalisation de Patrice Chéreau, La Chair de l'orchidée, adapte avec liberté, en 1974, le roman homonyme de James Adley Chase.

En 1976, Patrice Chéreau vit une expérience exceptionnelle : la mise en scène de la Tétralogie de Richard Wagner, à la demande de Pierre Boulez, pour le centenaire de l'Opéra de Bayreuth, sanctuaire du compositeur allemand.

Son deuxième film, en 1978, Judith Therpauve avec Simone Signoret dans le rôle-titre, bien que très dense, semble pourtant le moins abouti du metteur en scène.

De 1982 à 1990, Chéreau dirige la maison de la culture de Nanterre, devenue Théâtre Nanterre-Amandiers, assisté de Jean-Pierre Vincent. En 1983, après Combat de nègre et de chiens, de son ami Bernard-Marie Koltès, il y monte les Paravents de Genet en farce sulfureuse. Il alterne avec bonheur le classique (Marivaux, Mozart) et le contemporain.

Pendant cette période, il réalise son film le plus personnel, L'Homme blessé (1983). Pour ce film, il obtiendra, avec Hervé Guibert, le César du meilleur scénario original en 1984.

À la fin de la saison 1989-1990, Chéreau quitte le théâtre des Amandiers. Il se consacre à l'opéra (Wozzeck, de Berg, 1993 ; Don Giovanni, de Mozart, 1994) et à la préparation d'une grande fresque cinématographique, la Reine Margot. Le film, d'après Alexandre Dumas, est écrit sur quatre ans en collaboration avec Danièle Thompson.

En parallèle, il met en scène à l'Odéon, Le Temps et la chambre de Botho Strauss (1991) puis une nouvelle version de Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, en 1995.

Nouvelle réalisation au cinéma : Chéreau nous invite à le suivre à Limoges dans une étrange famille pour Ceux qui m'aiment prendront le train.

En 2000, il réalise, pour la première fois à l'étranger et en anglais, Intimité qui rencontre le succès auprès du public. Absent de Cannes, il remporte l'Ours d'or à Berlin et Kerry Fox, dans le rôle principal, le Prix d'interprétation féminine.

En 2003, avec la sortie de Son frère, il replonge dans le drame d'une famille divisée.


FilmographieModifier

RéalisateurModifier

ActeurModifier

RécompensesModifier

Modèle:Imdb name

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .