FANDOM


Rosetta film franco-belge réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne, sorti en 1999.

Analyse critique Modifier

Rosetta continue sa lutte quotidienne et sans merci pour trouver un boulot. C'est une fille qui est exclue de la société, du travail et qui est obsédée par le fait d'en trouver un et de devenir quelqu'un de normal, comme tout le monde. Alors elle va de ce camping qui est 'l'arrière front' avec sa mère qui est la blessée, au fond d'une caravane, et dont elle doit s'occuper.

Elle passe la frontière: la route à quatre voies qu'elle doit traverser et qui marque son exclusion. La ligne qui sépare le front de l'arrière front. Le front étant la ville de Seraing où elle va pour trouver un travail. Cette fille se bat, et en se battant, elle en arrive à s'enfermer au point de ne plus voir une main tendue. Personne n'est malhonnête mais la vie ne fait pas de cadeaux. Le style est très intime, la caméra filme de très près et est en mouvement constant, pour bien marquer que Rosetta ne peux jamais se détendre.

Rosetta est un film très influencé par le néoréalisme italien (Vittorio De Sica, Roberto Rossellini), le cinéma de Maurice Pialat (L'enfance nue et surtout Passe ton bac d'abord), le film Mouchette de Robert Bresson où encore certaines œuvres de John Cassavetes dont Une femme sous influence pour le portrait vivant et agité d'une femme au bord de l'implosion, totalement inadaptée à son univers quotidien.

Après La Promesse qui eut une audience confidentielle, Rosetta popularisa le style des frères Dardenne, très naturaliste, proche des principes du Dogme 95 sur la forme et du cinéma social anglais sur le fond. Une narration accessible à tous et un sujet grand public sont juxtaposés à un style sec, nerveux et documentaire. Caméra à l'épaule, les réalisateurs collent convulsivement à leur personnage principal dans des situations de la vie quotidienne où s'entrecroisent le banal et l'extraordinaire comme la scène de travail à l'usine conclue par un licenciement qui tourne mal.

Il s'entrechoque alors des mouvements contraires tels que la passivité et l'agitation des corps, les sentiments de rage et ceux d'une joie gênée, la solidarité de classe et la méchanceté intéressée. Le film est récompensé par une Palme d'or surprise au Festival de Cannes 1999, décernée à l'unanimité, alors que tout le monde attendait le sacre de Pedro Almodóvar avec Tout sur ma mère).

Le film fut violemment critiqué en son temps. Il fut taxé d'une certaine complaisance et de "misérabilisme" dans ce portrait d'une jeune chômeuse. La direction du Festival avait d'ailleurs exprimé son mécontentement face à ce choix, ce qu'a expliqué la dramaturge Yasmina Reza, membre du jury cette année-là, dans un entretien en 2007 : Bien sûr, et ce n'est une surprise pour personne, Gilles Jacob était en profond désaccord avec notre palmarès Le film eut néanmoins ses adeptes et sut trouver son public.

Distribution Modifier

  • Émilie Dequenne : Rosetta
  • Fabrizio Rongione : Riquet
  • Anne Yernaux : la mère
  • Olivier Gourmet : le patron
  • Bernard Marbaix : le gardien du camping
  • Frédéric Bodson : le chef du personnel
  • Florian Delain : le fils du patron
  • Christiane Dorval : première vendeuse
  • Sophia Leboutte : la femme virée
  • Jean-François Noville : l'employé de l'Office National de l'Emploi

Fiche technique Modifier

  • Titre : Rosetta
  • Réalisation : Luc et Jean-Pierre Dardenne
  • Scénario :Luc et Jean-Pierre Dardenne
  • Production : Luc et Jean-Pierre Dardenne, Michèle Pétin et Laurent Pétin ; productrice associée : Arlette Zylberberg
  • Photographie : Alain Marcoen
  • Montage : Marie-Hélène Dozo
  • Durée : 95 minutes
  • Dates de sortie : 23 mai 1999 (Cannes); France 29 septembre 1999
  • Récompenses: Palme d'or 1999 à Cannes
    • Prix d'interprétation féminine pour Emilie Dequenne, 18 ans.


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .