FANDOM



Différentes pages portent le même nom; voir  : Sixième Sens (homonymie)

Sixième Sens (The Sixth Sense) est un film dramatique américain de M. Night Shyamalan sorti en 1999.

Analyse critiqueModifier

Cole Sear, un jeune garçon de huit ans, a un secret qui le traumatise : il voit aller et venir des personnes décédées, parfois agressives, qui l'apostrophent. Ce pouvoir l'enferme dans une peur continue et il refuse de le révéler jusqu'au jour où il rencontre Malcolm Crowe, psychologue pour enfants. Tous les deux iront à la recherche de l'origine de cette étrange faculté, ce qui les amènera à une révélation très inattendue…

La tentative de communication avec le fantôme d'une petite fille, Kyra Collins qui est très malade le conduit dans la maison de celle-ci alors que la veillée funèbre de Kyra est en cours. Il trouve, sur les indications de celle-ci, une vidéo qu'il transmet au père de la petite défunte et qui révèle que Kyra a été victime d'un syndrome de Münchausen par procuration et que sa mère empoisonnait sa nourriture. Cole découvre donc qu'il peut utiliser son don à des fins positives.

Après une multitude de courts-métrages et une poignée de longs remarqués seulement aux Etats-Unis, M. Night Shyamalan s’est finalement fait un nom en un seul film, explosant dans le même temps pas mal de vieux records du box office américain. Et tout ça grâce à un scénario particulièrement malin doublé d’une mise en scène tout aussi remarquable. The Sixth Sense a d’une certaine manière initié un nouveau genre de films. Shyamalan a fait des émules, a souvent été copié, mais rarement été égalé depuis. Peut-être parce que la recette ne fonctionne que grâce à une préparation minutieuse où chaque détail revêt une importance cruciale. Ce qui en ressort, c’est un minimum d’effets pour un maximum de frousse.

Certes, l’idée de départ est une franche réussite et contribue grandement au succès planétaire du film. Mais l’idée ne fait pas tout. Déjà rôdé aux techniques de mise en scène, le cinéaste fait preuve d’une adresse qui force le respect et l’admiration. Les trouvailles sont nombreuses et jalonnent efficacement le récit sans pour autant le surcharger. Même chose pour les dialogues, relativement rares mais toujours nécessaires, comme si chaque mot avait soigneusement été soupesé lors de la phase d’écriture. On pourrait également s’attarder sur le soin apporté aux raccords de certaines scènes, qui contribuent chacune à leur manière à éclairer le spectateur, histoire de lui soumettre une piste mais sans lui en dire plus. Il s’en dégage une impression d’unité brisée que seule une lecture attentive pourra re-assembler.

Côté interprétation, c’est le deuxième grand retour de Bruce Willis après Pulp Fiction. Étonnant par la sensation de fragilité contrôlée et réprimée qui émane de son personnage, il parvient à rendre crédible un rôle pourtant casse-gueule sur le papier. Une performance au diapason de celle de son jeune vis-à-vis dont le regard terrifié a marqué pour longtemps les esprits. La relation qui va s’établir entre leurs deux personnages va quant à elle orienter le récit et en accélérer progressivement le rythme jusqu’au twist final le plus mémorable des années 1990. Avec ce film, M. Night Shyamalan démontre un savoir faire impressionnant pour son âge, que ce soit l’écriture, la mise en scène, la direction d’acteurs ou simplement ce don pour nous conter une histoire sous un angle original.

Distribution Modifier

  • Bruce Willis : Malcolm Crowe
  • Haley Joel Osment : Cole Sear
  • Toni Collette : Lynn Sear
  • Olivia Williams : Anna Crowe
  • Trevor Morgan : Tommy Tammisimo
  • Vincent Grey : Donnie Wahlberg
  • Stanley Cunningham : Bruce Norriss

Fiche technique Modifier

  • Titre : Sixième Sens
  • Titre original : The Sixth Sense
  • Réalisation : M. Night Shyamalan
  • Scénario : M. Night Shyamalan
  • Musique : James Newton Howard
  • Dates de sortie : 2 août 1999 (USA), 5 janvier 2000 (France)
  • Film américain
  • Durée : 107 minutes
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .