FANDOM


Still Walking ( japonais 歩いても 歩いても, Aruitemo aruitemo), film japonais de Hirokazu Kore-Eda sorti en 2008.

Analyse critiqueModifier

Annuelles retrouvailles commémoratives pour la famille Yokoyama, en l'honneur de Jumpei, le fils aîné décédé quinze ans plus tôt en sauvant un enfant de la noyade. C'est l'occasion de solides agapes sous l'égide culinaire d'une pondérée mère de famille, affairée et omniprésente, dans les cœurs et aux fourneaux, alors que son époux, un taciturne et saumâtre médecin désormais à la retraite, lanterne et bougonne lamentablement d'informelles rancœurs.

Sont de la fête, Ryota le second fils, au chômage (dissimulé), accompagné de son épouse Yukari, une jeune veuve remariée depuis quatre ans, et son fils Atsushi, ainsi que la fille du vieux couple, la rayonnante et conciliante Chinami, son mari Nobuo, un peu falot et plutôt quelconque et leurs deux remuants enfants, Satsuki et Mutsu. Dernier convive, invité chaque année par la mère de famille, mais avec aigreur et rancœur, le gamin sauvé par le fils défunt, à présent un insignifiant et grassouillet jeune homme, noyé dans ses remerciements et ses embarras.

Rien n'a bougé dans la spacieuse maison des parents, réconfortante comme le festin préparé par la mère, mais pourtant, au fil des ans, chacun a imperceptiblement changé. Avec un soupçon d'humour, de chagrin et de mélancolie, Kore-Eda nous donne à voir une famille comme toutes les autres, unie par l'amour, les ressentiments et les secrets.

Dans Nobody Knows, Hirokazu Kore-Eda observait des enfants sans papa, abandonnés par leur maman, qui essayaient jusqu'au bout de préserver l’illusion d’une cellule unie avant de finir dans des tombeaux de lucioles. Dans Still Walking, il est encore question d’une famille fragile mais vaillante qui se réunit le temps d’un week-end estival pour rendre hommage à l’un de leurs membres disparus.

Ce film confirme le don du réalisateur Hirokazu Kore-Eda à sonder l’indicible. Un père qui n’affiche pas ses sentiments et une mère qui cache son amertume derrière une politesse appuyée. Kore-Eda capte les retrouvailles enjouées sur le seuil de la porte, les banalités d’usage pour remettre au goût du jour ce que les personnages sont devenus et les silences de mort. Comme toujours chez lui, on est dans une pudeur qui permet au récit de ne pas sombrer dans l’hystérie complaisante des règlements de compte minables. Il y a le subtil contrepoint d'un enfant qui ne comprend rien aux conversations adultes. Enfin, il y a l’ombre du responsable de la réunion de cette famille qui plane tel un fantôme.

Il suffit d'observer la relation entre le père et le fils pour comprendre que quelque chose ne fonctionne pas, ne fonctionne plus ou alors ne peut pas fonctionner. D’un côté, ce père effrayé par le manque de respect et l’humiliation publique. De l’autre, ce fils réceptacle de toutes les souffrances, attendant le jour où il dira tout, s'il y a un jour. Avec acuité, Kore-Eda peint la lente dislocation d’une cellule familiale rongée par l’incommunicabilité.

La mise en scène incarne les enjeux du film avec une fine composition des plans, un sens du cadre. Au travers d'une perception intériorisée, le cinéaste retranscrit ce temps distendu du samedi ensoleillé au dimanche sombre, de la quiétude au cauchemar. Plus il fait nuit, plus les membres de la famille retirent les masques. Le week-end se termine : ils rentrent chez eux. Ils ont peut-être un peu changé, mais le réalisateur laisse le spectateur travailler tout seul, en lui laissant le droit de plaquer son vécu sur ce qu’il vient de voir.

Distribution Modifier

  • Hiroshi Abe : Ryôta Yokoyama
  • Yui Natsukawa : Yukari Yokoyama, la femme de Ryôta, jeune veuve
  • Kirin Kiki : Toshiko Yokoyama, la "mamie"
  • Yoshio Harada : Kyôhei Yokoyama, le "papi"
  • Shohei Tanaka : Atsushi Yokoyama, le fils de Yukari
  • You : Chinami Kataoka, la sœur cadette de Ryôta
  • Kazuya Takahashi : Nobuo Kataoka, le mari de Chinami
  • Haruko Kato : Yoshio, le garçon sauvé par le frère aîné, devenu obèse
  • Ryôga Hayashi : Mutsu Kataoka
  • Hotaru Nomoto : Satsuki Kataoka
  • Susumu Terajima : le livreur de sushi

Fiche technique Modifier

  • Titre français : Still Walking
  • Titre original : Aruitemo aruitemo ( 歩いても 歩いても )
  • Réalisation : Hirokazu Kore-Eda
  • Scénario : Hirokazu Kore-Eda
  • Images : Yutaka Yamasaki
  • Musique : Gonchichi
  • Montage : Hirokazu Kore-Eda
  • Durée : 114 minutes (1 h 54)
  • Dates de sortie : 28 juin 2008 (Japon)
    • 22 avril 2009 (France)


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .