FANDOM


Sur mes lèvres : un film français de Jacques Audiard sorti en 2001 .

Analyse Modifier

Carla Behm est affectée d’un problème de surdité. Employée d’une agence immobilière, elle mène une vie quelconque et solitaire. Son employeur décide un jour de lui adjoindre un stagiaire, Paul Angeli, ancien repris de justice. Elle tombe vite sous l’emprise de son charme.

Cette simple histoire d'amitié puis amour et association entre Carla la jeune sourde et Paul le taulard s'élève bien vite au-dessus de ses origines grâce à une écriture exigeante qui se déroule en un récit suffisamment ample pour nous emporter, et malgré tout proche de ses personnages, de leurs émotions, de leurs sensations mêmes. Le son, sujet oblige, a bénéficié d'un traitement particulièrement éclatant et remporté le César correspondant. La mise en scène est également un des points marquants du film: l'image, aussi bien la photo que les mouvements de caméra, est la preuve d'une maîtrise simple et évidente de l'outil cinéma. Les caméra-épaules, les légers flous, les tremblotements...tout prend sens et magnifie cette histoire aux sentiments souvent évanescents et insaisissables.

La première partie, celle de l'entreprise, est étonnante de brio. L'écriture, le filmage, le jeu des acteurs, tout concourre à la description d'un monde féroce. Le deuxième volet du film est malheureusement plus décevant car moins bien rythmé et surtout plus caricatural, même si le personnage d'e Marchand est extrêmement complexe et touchant. Oscillant vers le film de genre, Jacques Audiard perd un peu de la force brute qui était la sienne lorsqu'il filmait notre simple quotidien. On pourra regretter aussi que la question de la surdité ne soit jamais directement abordée, le handicap de Carla étant avant tout un prétexte plus qu'une fin en soi .

Mis à part le regard critique sur les impitoyables relations professionnelles, Jacques Audiard parvient brillamment à peindre le jeu de cache-cache auquel se livrent ces deux paumés qui se cherchent et se perdent. Sa caméra traque les émotions, les gros plans de visage, les lumières diffuses. Le film bascule ensuite dans le policier et cette partie paraît plus longue et beaucoup moins convaincante. C’est dommage car sinon le film est bien réussi, assez chargé d’émotions, vrai et d’une approche plutôt originale. Le film trouve son équilibre entre tension dramatique et étude psychologique, qualité de l'écriture et qualité de la mise en scène.Excellentes prestations d’Emmanuelle Devos et de Vincent Cassel.

DistributionModifier

  • Vincent Cassel : Paul Angeli
  • Emmanuelle Devos : Carla Behm
  • Olivier Gourmet : Marchand
  • Olivier Perrier: Masson
  • Olivia Bonamy :Annie
  • Bernard Alane : Morel
  • Céline Samie : Josie
  • Pierre Diot : Keller
  • François Loriquet : Jean-François

Fiche techniqueModifier

  • Titre : Sur mes lèvres
  • Réalisation : Jacques Audiard
  • Scénario : Jacques Audiard et Tonino Benacquista
  • Producteurs : Christian Fechner et Hervé Truffaut
  • Directeur de production : Jean-Louis Nieuwbourg
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Photographie : Mathieu Vadepied
  • Montage : Juliette Welfling
  • Pays d’origine : France
  • Durée : 115 mn
  • Date de sortie : 17 octobre 2001

RécompensesModifier

Le film a remporté trois trophées plus six nominations aux Césars de 2002. Les trois trophées sont:

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .