FANDOM


Tokyo Sonata, film japonais de Kiyoshi Kurosawa, sorti en 2008.

Analyse critique Modifier

Victime d’une délocalisation en Chine, Ryuhei Sasaki perd son poste de directeur administratif au sein d’une société japonaise. Ses supérieurs tentent bien de le reclasser, mais ce père de famille, enfoncé dans sa routine, est parfaitement incapable de se définir autrement qu’au travers de cette fonction qui lui échappe. Ryuhei est alors au chômage, incapable de l’avouer à sa femme Megumi. Tous les jours, l’ex-salaryman fait semblant d’être actif, cherche un emploi, retrouve d’anciens camarades, dans la même situation que lui, dans la queue de la soupe populaire. Ryuhei continue donc de jouer le rôle de l’homme d’affaires, autant qu’il tente de jouer celui de père ; son aîné Takashi lui échappe toutefois complètement, constamment absent, tandis que le cadet, Kenji, rêve d’apprendre à jouer du piano. Alors que les enfants essayent d’échapper aux rôles que le paternel et la société ont envisagé pour eux, Megumi, elle, joue sans véritable implication ceux d’épouse et mère au foyer. Et la mère, impuissante, ne peut que constater qu'une faille invisible est en train de détruire sa famille.

Ce thème n'est pas nouveau dans le cinéma japonais, le père déchu est une figure récurrente comme dans ce poignant film de Yasujiro Ozu, Le Chœur de Tokyo (1931), qui, en pleine récession des années 30, montrait déjà les conséquences désastreuses d'un licenciement sur la vie de famille ou encore le début du merveilleux De l'eau tiède sous un pont rouge de Shoshei Imamura (2001)

Kiyoshi Kurosawa délaisse le film de genre (fantastique, horreur) pour le portrait d’une famille japonaise contemporaine. Kurosawa reste fidèle à son style et des fantômes continuent de roder devant sa caméra et autour des membres de la famille Sasaki. Tokyo Sonata prolonge la filmographie du réalisateur en faisant plus que jamais naître l’horreur du quotidien. Il se penche pour cela sur la notion de rôle, la fonction que chacun occupe au sein de la famille et de la société japonaises. Un statut identitaire, destructeur dès lors qu’il est fragilisé : comment définir ce que l’on est en effet, lorsque l’on se retrouve exclu d’un système où l’on est ce que l’on fait ?

Cette question fonde la frustration de Ryuhei mais aussi de ses proches. A plusieurs reprises dans le film, les interlocuteurs professionnels du père lui demandent ce qu’il sait faire. Comment répondre à cette question, quand la réponse se trouve justement dans ce que l’on fait ? Ryuhei, s’il ne peut pas être directeur administratif, n’est plus qu’un père. Et si ses enfants échappent à son autorité, il n’est plus rien. Si Takashi n’est plus un fils, il lui faut alors se redéfinir en tant soldat de l'armée américaine. Si Kenji n’est plus un fils, il lui faut alors se redéfinir en tant que joueur de piano.

La réponse de Kiyoshi Kurosawa à cette question effrayante, prend un visage à la fois inattendu et habituel. Alors que l’humour de la duplicité des salarymen bascule dans l’effroi, Koji Yakucho, acteur récurrent du cinéma du réalisateur, débarque pour incarner un écho de son célèbre Doppelgänger, venu libérer, pendant un temps, Megumi de ses attaches familio-sociales. Le pivot absent, c’est la maison qui disparaît, tacitement, et la famille part à la dérive.

Allégorie convaincante d'un Japon ne sachant plus à quel saint se vouer, Tokyo Sonata est un dosage subtil entre rocambolesque et vraisemblance, entre cauchemar et analyse sociale.

Distribution Modifier

Fiche technique Modifier

  • Titre original : トウキョウソナタ , Tôkyô Sonata
  • Réalisation : Kiyoshi Kurosawa
  • Scénario : Kiyoshi Kurosawa ; Max Mannix; Sachiko Tanaka
  • Producteurs : Wouter Barendrecht ;Yukie Kito
  • Musique originale : Kazumasa Hashimoto
  • Image : Akiko Ashizawa
  • Montage : Koichi Takahashi
  • Durée : 119 minutes
  • Dates de sortie : 17 mai 2008 ( Festival de Cannes)
    • Japon : 27 septembre 2008
    • France (salles) ; 25 mars 2009

Récompense : Festival de Cannes 2008, prix du Jury, dans la catégorie "Un certain regard"
Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .