FANDOM


La tribu Warli est une très ancienne ethnie de l'Inde, connue pour son art pictural naïf.

Les WarliModifier

La tribu Warli compte environ un million de personnes vivant dans le Maharashtra (360 000), le Gujarat (260 000), le Karnataka, Goa et au Pakistan. Les Warlis habitent dans des villages traditionnels, disséminés dans la campagne autour de la ville de Dahanu dans le District de Thane.

Les Warlis ont leur propre mode de croyance, de vie et de coutume. Ils sont animistes, mais assimilent volontiers traditions et divinités hindoues.

La tribu Warli est une tribu de langue indo-aryenne qui parlent un dialecte qui ne s'écrit pas. Il est un mélange de mots issus du sanskrit, du Marathi et de Gujarati.

Le mot Warli viendrait du mot "warla" qui désigne une parcelle de terrain, un champ.

La peinture WarliModifier

Leurs peintures murales s'apparentent à celles faites 5000 à 500 av. J.-C.. dans les grottes de Bhimbetka, dans le Madhya Pradesh.

Jusqu'à la fin des années 1960, l'art pictural de cette tribu était le fait exclusif des femmes. Cet art rituel ancestral allait, au cours des années 1970, subir un changement radical. Un homme, Jivya Soma Mashe, se met à peindre, non pas à la seule occasion des rituels, mais quotidiennement. Son talent est très vite remarqué au niveau national, recevant directement de la main des plus haut responsables politiques de l’Inde, commme Nehru ou encore Indira Gandhi, les plus importantes récompenses artistiques indiennes, puis au niveau international, participant à des expositions remarquées. Cette reconnaissance, entraine dans son sillage nombre de jeunes gens, bientôt invités à exposer en Inde et à l’étranger.

Les motifs graphiques sont très simples : le cercle, le triangle et le carré. Le cercle et le triangle sont issus de l’observation de la nature. Le carré, souvent au centre de la peinture, est l’espace réservé au sacré. Les corps humains sont représentés par des triangles inversés. Ils expriment le mouvement. Le triangle pointé vers le haut représente le bassin, celui pointé vers le bas, le torse. Le cercle représente la tête. Les peintures Warli sont exécutées sur un fond ocre, rouge ou noir. La couleur blanche est obtenue à partir de pâte de riz, d’eau et de gomme et placée à l’aide d’un bâtonnet de bambou mâchonné à son extrémité pour lui donner la souplesse d’un pinceau. Ces peintures présentent des similitudes formelles avec l'art contemporain des aborigènes australiens

De grands thèmes sont souvent présents dans leurs peintures :

  • La danse Tarpa, nom de l'instrument au centre qui rythme la danse formant une spirale ou les couples mariés se tiennent les mains dans le dos. Les femmes se distinguent par leur chignon. C'est une danse de joie, mystique, un hymne à la vie, aux forces de la nature. Elle célèbre l'harmonie de l'homme avec les forces cosmiques.
  • Le "Cauk " : peinture rituelle réalisée au cours de la cérémonie de mariage à l’intérieur de la maison de la mariée sur le mur principal. Le terme « cauk » désigne la forme centrale de cette peinture : un carré, symbole de l’enclos sacré. Dans ce carré on peut voir « Palaghata » la déesse mère, déesse de la fécondité et de la fertilité. Autour de ce carré : un gardien de troupeau et ses bêtes : symbole de richesse ; un peigne : symbole de beauté ou encore une échelle symbole d’élévation.
  • L’arbre Banyan qui se trouve souvent au centre du tableau. L'arbre Banyan est appelé « l’Arbre de Vie ». Les Warli pensent que les esprits habitent les arbres. C’est la raison pour laquelle les arbres ont droit à un traitement graphique attentionné.
  • " Rice Puja " : peintures rituelles réalisées sur les murs extérieurs des maisons à l’occasion de la saison du riz. Ces empreintes sont faites avec la tranche de la main, le poing fermé. Car c’est avec la main fermée que l’on saisit et que l’on cueille les pousses de riz. Des points blancs sont faits avec le bout des doigts (index et majeur). Car c’est avec les doigts que l’on plante le riz. En enfonçant les doigts dans la terre, l’on y fait des trous dans lesquels seront semés les graines de riz.

Quelques peintres Warli

  • Jivya Soma Mashe, le maître , né en 1934
  • Ramesh Hengadi, né en 1973
  • Balu Jivya Mashe, né en 1969, fils de Jivya Soma Mashe
  • Shantaram Chintya Tumbada, né en 1975
  • Reena Umbersada Valvi, née en 1975
  • Anil Vangad , né en 1983
  • Rajesh Vangad qui collabore avec la photographe Gauri Gill

GalerieModifier

mashe2012.jpg
Jivya Soma Mashe
vangad2015.JPG
Anil Vangad
valvi4346.JPG
Reena Umbersada Valvi
vangad4343.JPG
Anil Vangad


hengadi4370.JPG
Ramesh Hengadi
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .