FANDOM


We Are The Painters (WATP) est un duo d'artistes français formé par Nicolas Beaumelle et Aurélien Porte, réunis depuis 2004.

Biographie Modifier

Nicolas Beaumelle et Aurélien Porte sont diplômés de l'École des beaux-arts de Nantes. En réalisant des œuvres en duo, dont nul ne sait, pas même eux à les entendre, lequel a fait telle partie, ils questionnent la question de la paternité de l'œuvre, et le statut de la peinture contemporaine. Dans leurs créations à quatre mains, il est impossible de distinguer la touche de chacun des deux artistes. Ils se retrouvent à égalité, complices devant la toile.

Leur vidéo Paint for Hochwechsel permet de mieux appréhender le procédé. Elle met en scène la figure du peintre dans l'acte de création et présente le work in progress d'un paysage romantique, exalté et tourmenté. Vidéo sur Viméo Les artistes dévoilent la durée de leur travail, leur supposée source d’inspiration, les préparatifs nécessaires à l’installation d’une toile panoramique et les conditions atmosphériques peu clémentes. Ils se confrontent ainsi à la réalité de l’in-situ, avec ce que cette situation comporte d’imprévus et de ratés. La vidéo qui en résulte révèle un hors-champ démystificateur entrant ironiquement en tension avec la peinture romantique allemande et ses paysages spectaculaires

Leurs paysages ne sont pas des transcriptions de paysages réels, mais une imbrication de souvenirs de voyages, de rêves, de fantasmes et de visions intérieures. Une bouche ouverte ponctue et constelle les toiles. On est alors conduit sur un chemin bordé de paysages poétiques, qui traverse l'Autriche grotesque et truculente, parsemée de scènes contemplatives. Les routes sinueuses nous emmènent vers des destinations inconnues, sur les pas de cette peinture qui ne connaîtra sa forme finale qu'au gré des traces collaboratives.

Leurs toiles de paysages s'organisent autour de la signature elle-même. De grandes lettres "WASP" , au premier plan, forment le socle du paysage.

Leurs portraits présentent des femmes bouches ouvertes. Ces bouches sont celles de femmes peintes, truculentes et presque vulgaires. Aguicheuses et coquettes, ce sont des femmes de rien, de la rue, de mauvaises vies. Femmes fatales et mystiques, diseuses de bonne aventure, ce sont des fantasmagories, des rêves dessinés de façon parfois naïve et grotesque. De leur bouche ouverte, fardée de rouge carmin, s'échappe une voix.

Expositions (sélection) Modifier

Galerie Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .