FANDOM


Les Yaksha (Sanskrit यक्ष, yakṣa , ञक्ख yakkha en Pāli, 夜叉,やしゃ, yasha en japonais ) sont une grande classe d’esprits de la nature, habituellement bienveillants, qui sont les gardiens des trésors naturels cachés sous la terre et les racines des arbres.

Ils apparaissent dans la mythologie hindoue, jaïne et bouddhiste. La forme féminine du mot est yaksi ou yakṣiṇī (Pāli: yakkhī or yakkhinī).

Le yakṣa a une double personnalité. D’un côté, ce peut être une fée de nature inoffensive, associée aux forêts et aux montagnes ; mais il existe une version beaucoup plus sombre du yakṣa, qui est une sorte d’ogre, de fantôme ou de démon cannibale qui hante les étendues sauvages, attaque et dévore les voyageurs, comme les rakṣasas.

Par exemple, dans le poème Meghadūta de Kālidāsa, le narrateur yakṣa est une figure romantique, qui se languit d’amour pour sa bien-aimée absente. Au contraire, dans le dialogue didactique hindou du Yakṣapraśnāḥ ("questions du Yakṣa"), un dangereux Yakṣa cannibale, esprit tutélaire d’un lac, menace la vie du héros épique Yudhiṣṭhira.

Il est possible que les yakṣas aient été originellement les dieux tutélaires des forêts et des villages, puis aient été considérés ensuite comme les divinités gardiennes de la terre et des richesses qui y sont enfouies.

Dans l’art indien, les yakṣas mâles sont représentés, soit comme de redoutables guerriers, soit comme des sortes de nains corpulents. Les yakṣas femelles, appelés yakṣiṇīs, apparaissent comme de belles jeunes femmes au visage rond et joyeux et aux seins et hanches rebondis.

Dans l’État du Kerala, au sud de l’Inde, les Yakshis sont représentées comme des vampires enchanteresses.

Dans les temples bouddhistes ils viennent en appui des 4 grands gardiens des temples (Shi-Tennô) comme Bishamonten, pour les aider dans leur rôles de surveillance.

yaksha2.jpg
Yaksha, géant masculin féroce, gardien d'un temple
yaksha1.jpg
Yaksi, divinité féminine opulente et bienveillante
yakshi1.jpg
Yaksi, interprétée par l'artiste indien Ravinder Reddy [zw]
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .