FANDOM


Zèbre est un nom vernaculaire, ambigu en français, pouvant désigner plusieurs espèces différentes d'herbivores de la famille des équidés, et du genre Equus, vivant en Afrique.

Ils se trouvent principalement en Afrique centrale et australe. Ces animaux se caractérisent par des bandes de rayures, généralement verticales, noires et blanches. Bien que la phylogénie des équidés soit peu connue, ce groupe est manifestement paraphylétique, c'est-à-dire que si tous ces animaux descendent bien d'une espèce commune, toutes les espèces descendantes de celle-ci ne sont pas que des zèbres. Il y a aussi des chevaux et des ânes qui sont plus ou moins proches de chacune de ces espèces.

Caractéristiques communesModifier

Les zèbres communs mesurent de 1,10 mètre à 1,40 mètre (1,25 mètre en moyenne) au garrot contre 1,30 mètre à 1,60 mètre (1,45 mètre en moyenne) au garrot pour les zèbres de Grévy, et vivent en moyenne 25 à 30 ans dans la nature et jusqu'à 40 ans dans un zoo . La longueur du corps va de 2,20 mètres à 2,70 mètres pour les zèbres communs et la longueur de la queue de 40 à 75 cm. La masse varie de 175 à 300 kg pour les zèbres communs contre 300 à 400 kg pour les zèbres de Grévy. Chez les zèbres, les étalons sont généralement plus grands et plus lourds que les femelles.

Les zèbres sont avant tout reconnaissables aux bandes noires et blanches de leur pelage. Grâce à des méthodes de reconnaissance de formes, les scientifiques peuvent désormais lire les rayures caractéristiques des zèbres comme des codes-barres pour recenser une population à partir de photographies. Après avoir pris la photo d'un individu, les chercheurs la transfèrent sur un ordinateur équipé de logiciels dédiés comme StripeSpotter, un logiciel mis au point par l'université de l'Illinois à Chicago et l'université de Princeton. Ils zooment ensuite sur le flanc de l'animal, où chaque rayure est décomposée en lignes verticales de pixels. Leurs combinaisons sont aussi uniques que les empreintes digitales humaines.

Les premières populations de zèbres étaient de couleur gris-ardoise. Les spécialistes pensent généralement, en observant les rayures partielles du Quagga et en tenant compte de la pigmentation nécessaire aux animaux pour survivre sous le soleil d'Afrique, que les zèbres étaient originellement des animaux pigmentés de noir et que les raies se forment par inhibition de la production de mélanine.

On ignore encore exactement quelle pourrait être l'utilité des rayures : de nombreuses théories sont proposées mais aucune n'est validée. Les principales hypothèses sur la fonction des zébrures concerneraient le camouflage, l'évasion face aux prédateurs, la thermorégulation et les interactions sociales; toutefois, selon une étude multifactorielle publiée en 2013, rien ne vient étayer de manière convaincante l'une ou l'autre de ces hypothèses.

Au 19e siècle, l'écrivain Rudyard Kipling et le naturaliste Alfred Russel Wallace ont contribué à diffuser l'hypothèse selon laquelle les rayures du zèbre lui permettaient de mieux se fondre dans la savane. Cette hypothèse longtemps considérée comme crédible dans la communauté scientifique a toutefois été démentie au début du 21e siècle. L'hypothèse est formellement démentie en 2016. En fait, dans la savane, le zèbre est très visible, et il tendrait donc à se dresser comme une exception à la règle du camouflage.

Les rayures auraient aussi un effet stroboscopique sur les prédateurs. Lorsque tout un troupeau s'enfuit, les raies des divers individus se mélangent, rendant flou le contour d'un animal aux yeux d'un lion, par exemple. Un phénomène comparable serait à l'origine du camouflage Dazzle.
Dans les années 1970, des recherches ont pointé le fait que la mouche tsé-tsé, responsable de la maladie du sommeil à laquelle les zèbres sont plus sensibles que d'autres animaux sauvages, est attirée par la vue de larges zones monochromes : les rayures permettraient ainsi de se protéger du parasite.
Une autre hypothèse veut que les rayures contribueraient à la thermorégulation, permettant aux zèbres qui broutent pendant des heures de mieux supporter les fortes chaleurs de la savane africaine. Les bandes noires et blanches, par absorption et réflexion différentielle des rayons solaires, chauffent différemment, ce qui provoquerait entre elles un flux d'air différentiel à l'origine de tourbillons engendrant un effet de refroidissement.

Les lions et les hyènes peuvent s'attaquer aux adultes ; les jeunes poulains et les jeunes pré-adultes peuvent être la proie des lycaons, guépards, léopards. Un zèbre en bonne condition physique a plusieurs moyens de défense contre ses prédateurs, il possède une très bonne vue diurne, une ouïe excellente, un bon odorat et court très vite. Les zèbres peuvent ainsi tenir une vitesse de 30 à 40 km/h sur une très longue distance ou, en cas de danger, galoper à 60 km/h en moyenne et même faire des pointes à 80 km/h pour semer par exemple une lionne qui court presque aussi vite, mais ne tiendra pas la distance. Pour se défendre, ils peuvent aussi mordre et d'un coup de sabot, briser la mâchoire d'une lionne. Leurs ruades peuvent être mortelles, celles-ci sont encore plus puissantes que celles d'un cheval.

Zébre des plainesModifier

Classification classique
Zébre des plaines
phylum Chordata
sous-embranchement Vertebrata
classe Mammalia
infra-classe Eutheria
ordre Perissodactyla
famille Equidae
genre Equus
Equus quagga
Boddaert, 1785

Le zèbre des plaines obtient presque toute sa nourriture en broutant, se nourrissant sélectivement de certaines espèces d'herbe telles que Pennisetum mezianum. Vu qu'il a un système digestif efficace, cette espèce peut survivre avec une végétation grossière qui serait insuffisante pour satisfaire les besoins énergétiques des autres ongulés. En tant que tel, le zèbre des plaines est capable de faire des mouvements de longues distances à la recherche de nourriture, et est souvent la première espèce à paître pour coloniser des zones de prairies inexploitées. Le retrait des zèbres des plaines d'une croissance plus difficile a un rôle écologique important en permettant à d'autres ongulés d'avoir accès à une jeune pousse tendre. Dans certaines parties de son aire de répartition, le zèbre des plaines est sédentaire, tandis que dans d'autres, comme au Serengeti, il subit des mouvements saisonniers en réponse à la disponibilité de l'eau.

Le zèbre des plaines a un système social complexe, avec l'unité sociale principale consistant en un harem qui comprend un seul mâle, une à six femelles, qui sont généralement non apparentés, et un certain nombre de descendants. Le mâle est le seul à pouvoir se reproduire avec les femelles, mais doit constamment se battre contre des mâles célibataires. Les combats sont féroces, et impliquent les morsures ainsi que des frappes puissantes avec les pattes avant et des coups de pied avec les pattes arrière. Si le challenger se révèle victorieux, le mâle est chassé du harem et rejoindra généralement un groupe de mâles célibataires qui n'ont pas encore réussi à relever le défi, sont trop vieux pour être compétitifs ou ont été évincés. Il est intéressant de noter que de grands troupeaux de zèbres des plaines se forment parfois, généralement lorsqu'ils paissent, dorment ou se déplacent entre les zones, qui sont composées de groupes de célibataires et de harems. Cette organisation sociale à plusieurs niveaux est inhabituelle et plus caractéristique des primates, tels que les babouins hamadryas ou les geladas, que chez les ongulés.

Selon la classification actuelle, le zèbre des plaines est considéré comme une espèce peu menacée. Il est classé dans la catégorie Quasi menacé (NT) sur la Liste rouge de l'IUCN. À la suite d'un développement humain et d'une agriculture plus étendus, la moitié de l'aire de répartition de cette espèce est la plus touchée par la perte d'habitat, tandis que le braconnage est plus répandu dans la moitié nord. Malgré ces menaces, le zèbre des plaines est extrêmement résistant et, dans les zones où il est protégé, il s'est rapidement rétabli des pertes occasionnées par la chasse excessive pour sa viande et sa peau. L'espèce vit dans de nombreux parcs nationaux où elle est protégée, notamment dans le parc national du Serengeti en Tanzanie, les parcs du Tsavo et du Masai Mara au Kenya, le parc national de Hwange au Zimbabwe, le parc national d'Etosha en Namibie et le parc national Kruger en Afrique du Sud.

Références ITISModifier

http://tanukiwo.free.fr/piwigo/galleries/tanzanie/herb/zeb01004.JPG
Parc national du lac Manyara

[[Catégorie:Périssodactyle

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .